La Réunion: nuit d'émeutes

Le mardi 10 mars, à Saint-Denis de la Réunion.
Le mardi 10 mars, à Saint-Denis de la Réunion. (© AFP - Richard Bouhet)

Une gendarme mobile a été blessé dans la nuit de mardi à mercredi par un tir de carabine à Saint-Denis de la Réunion

Une gendarme mobile a été blessé dans la nuit de mardi à mercredi par un tir de carabine à Saint-Denis de la RéunionUne gendarme mobile a été blessé dans la nuit de mardi à mercredi par un tir de carabine à Saint-Denis de la Réunion

Il patrouillait dans le quartier populaire du Chaudron, théâtre dans la journée de mardi de saccages et d'affrontements entre gendarmes et casseurs qui avaient commencé à piller une grande surface. Le calme est revenu mercredi.

Les locaux d'une assurance ont été dévastés.


Des individus ont également tenté de s'en prendre à une pharmacie et à un établissement de restauration rapide. En 1991, de violentes émeutes avaient éclaté dans le quartier, faisant neuf morts.

D'une manière générale, la nuit a également été marquée par des affrontements avec les forces de l'ordre à Saint-Denis et au Port (ouest), avec des tentatives de pillage, a rapporté la préfecture.

La veille, la 2e journée de grève et de manifestations, organisées à l'appel du Collectif contre la vie chère (COSPAR), avait dégénéré. Les incidents avaient démarré à l'issue d'une manifestation qui a rassemblé, selon les organisateurs, entre 7000 et 10.000 personnes. Selon le dernier bilan de la préfecture mercredi, 20 membres des forces de l'ordre ont été blessés et 22 personnes interpellées.

Le Collectif a appelé au calme et poursuivra mercredi les négociations à la préfecture.

Vous êtes à nouveau en ligne