"Vous me pardonnerez de ne pas être une dame" : la réplique de Richard Ferrand fait des remous

Richard Ferrand s\'exprime devant les députés LREM, après avoir été désigné candidat de la majorité au perchoir de l\'Assemblée nationale. 
Richard Ferrand s'exprime devant les députés LREM, après avoir été désigné candidat de la majorité au perchoir de l'Assemblée nationale.  (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

La petite phrase du candidat désigné par la majorité LREM pour l'élection du président de l'Assemblée nationale a déclenché une réaction cinglante de Laurence Rossignol, l'ancienne ministre .

"Le choix s'est porté sur moi, vous me pardonnerez de ne pas être une dame." Cette réponse de Richard Ferrand, tout juste désigné candidat de la majorité à la présidence de l'Assemblée nationale, n'est pas passée inaperçue. Il répondait à la question d'un journaliste, qui l'interrogeait sur le fait que les députés n'aient pas voté pour une femme. 

Alors que l'Assemblée nationale n'a jamais été présidée par une femme, la réplique de Richard Ferrand a déclenché un début de polémique, dans un contexte où sa principale concurrente, Barbara Pompili, disait encore lundi matin incarner "un message d'audace, de renversement des codes, un message appelant à casser le plafond de verre pour les femmes".

"Il va falloir faire un effort pour pardonner au monsieur la bêtise infatuée de ses propos", a écrit l'ancienne ministre du Droit des femmes, Laurence Rossignol, sur Twitter. 

Côté politique, Henri Levréro, délégué Les Républicains dans les Pyrénées-Atlantiques, a également réagi, appelant chacun à juger de "la profondeur du mépris que cet homme a envers les autres". Plusieurs journalistes ont également manifesté leur désaccord sur le réseau social, comme la présentatrice Aurélie Casse, qui dispose de plus de 13 000 abonnés. 

L'élection du nouveau président de l'Assemblée nationale doit avoir lieu mercredi. 

Vous êtes à nouveau en ligne