VIDEO. Conseil de participation citoyenne : "C'est révolutionnaire, il aura énormément de pouvoir" affirme Stanislas Guerini

France Inter

Stanislas Guerini, délégué général de La République en marche, revenait lundi sur franceinfo sur la mise en place d'un Conseil de participation citoyenne.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"C'est révolutionnaire, ils auront énormément de pouvoir", indique lundi 29 avril sur France Inter Stanislas Guerini, le responsable de La République en marche, au sujet de la mise en place d'un Conseil de participation citoyenne. Ce conseil, annoncé par Emmanuel Macron jeudi doit rassembler 150 citoyens, tirés au sort, pour faire des choix sur l'écologie.

"C'est assez révolutionnaire pour la France et pour la Ve république comme approche", estime Stanislas Guerini. "Ils auront énormément de pouvoir. Je le crois, sincèrement. En tout cas, c'est l'objectif et si on veut que ce qu'a dit le président de la République soit bien appliqué, oui, il faudra que ces citoyens-là aient beaucoup de pouvoir." Stanislas Guerini l'assure, "ce que diront ces citoyens sera appliqué soit directement au Parlement, soit par référendum". 

C'est un processus extrêmement puissant et je crois qu'il a été sous-évalué, maintenant, à nous de le mettre en place.

Stanislas Guérini

à France Inter

"Je crois que c'est un grand pas pour la rénovation de la vie démocratique dans notre pays qui est franchi, poursuit-il. L'idée c'est de faire en sorte que nous prenions des choix collectifs et que ces choix soient mieux appliqués sur le terrain."

"Ces 150 citoyens vont se mettre ensemble et dire quelles sont les décisions à prendre de façon extrêmement précise." Il s'agira pour eux, précise le patron de LREM, de s'exprimer par exemple sur "la rénovation thermique des bâtiments, comment est-ce qu'on met la pression sur les propriétaires, quelle est la fiscalité carbone qu'on est capable d'accepter ou de ne pas accepter et sous quelles conditions". "On a du mal à entraîner toute la société, c'est ça le drame, et c'est ça qu'on va essayer de résoudre", a-t-il conclu.

Vous êtes à nouveau en ligne