Six questions sur la violente altercation entre un député LREM et un cadre socialiste

Le député M\'Jid El Guerrab, le 20 juin 2017 à Paris.
Le député M'Jid El Guerrab, le 20 juin 2017 à Paris. (MAXPPP)

Le premier secrétaire de la fédération socialiste des Français de l'étranger, Boris Faure, va mieux, et a pu être entendu vendredi, a appris franceinfo de source judiciaire. 

Le député de La République en marche (LREM) M'jid El Guerrab a été placé en garde à vue, vendredi 1er septembre. Il est entendu par la police afin de s'expliquer sur la violente altercation qui l'a opposé, mercredi, à un cadre du PS, Boris Faure. 

Selon l'hebdomadaire Marianne, qui a révélé les faits, la dispute a éclaté rue Broca, à Paris, en plein après-midi, devant un restaurant. Un témoin interrogé par le journal affirme que le député a asséné "un coup de casque très violent puis un deuxième" à Boris Faure, qui est tombé "par terre, en sang". Un autre affirme avoir entendu Boris Faure lancer "sale Arabe" au député. Le socialiste, dont l'état s'est amélioré après deux jours d'hospitalisation en soins intensifs, a également pu être entendu vendredi. Franceinfo revient sur les éléments connus de cette affaire.

1De quelle nature sont les relations entre les deux hommes ?

Elles sont mauvaises. Le conflit entre les deux hommes remonte à fin 2016, quand M'Jid El Guerrab a quitté le Parti socialiste pour rejoindre Emmanuel Macron. Lors des élections législatives, le socialiste Boris Faure était directeur de campagne de Didier Le Bret, concurrent de M'Jid El Guerrab dans la circonscription des Français d'Afrique du Nord. Boris Faure, premier secrétaire de la fédération socialiste des Français de l'étranger, avait alors qualifié "d'opportunisme" le ralliement de son ancien camarade à Emmanuel Macron.

"Dès lors, Boris Faure n’a cessé de me harceler, au moyen de multiples supports de communication, m'accusant d’avoir trahi le parti et me menaçant durant la campagne législative", assure M'Jid El Guerrab dans un message publié jeudi sur Facebook. "J'ai conservé toutes les preuves de ce long harcèlement que je vais remettre à la justice. Alors que j'ai toujours refusé de répondre à ses provocations, Boris Faure a multiplié les invectives, allant jusqu'à me menacer de me mettre à mort voilà plusieurs mois", affirme le député. 

De son côté, Boris Faure avait déposé une main courante contre son ancien camarade pour "menaces physiques" et "accusations de racisme". "Monsieur El Guerrab et Boris Faure entretiennent un différend politique depuis plusieurs mois", a confirmé la sœur de Boris Faure, Emmanuelle Faure, sur son profil Facebook.

2Quelle est la version des faits de Boris Faure ?

Selon l'épouse de Boris Faure, Delphine Langlois, le coup dont il a été victime est parti lors d'une discussion. C'est ce que lui a confié son mari avant de perdre connaissance. "Il m'a raconté qu'il [était] tombé tout à fait par hasard sur monsieur El Guerrab", a-t-elle raconté à franceinfo. 

"Il lui a dit : 'Il faut qu'on remette à plat nos conflits', ils ont commencé à discuter, et, tout d'un coup, il a vu monsieur El Guerrab prendre son casque, prendre de l'élan, et taper, taper très fort. Il n'a vraiment pas compris, il n'a pas vu venir le coup." Boris Faure a dû être opéré en urgence, avant d'être hospitalisé en soins intensifs.

Certains témoignages recueillis par Marianne ont confirmé cette thèse. Boris Faure "a touché [le] bras [de M'Jid El Guerrab]. Mais ça ne s'appelle pas une agression", a assuré l'un d'eux. "Si les agents de sécurité ne les avaient pas séparés, [M'Jid El Guerrab] se serait acharné. Il avait de la haine dans les yeux", a dit un autre. 

3Quelle est la version des faits de M'Jid El Guerrab ? 

Contacté par l'AFP, M'Jid El Guerrab a reconnu un geste violent et avoir asséné des coups de casque sur la tête du cadre socialiste. Mais il a assuré avoir réagi à des "insultes racistes" ainsi qu'à une "agression physique"

"Il m'a agressé verbalement et physiquement en me tordant le poignet devant témoin. Je n'ai pas réagi à ses menaces et ses insultes, avant qu'il ne pose la main sur moi", raconte l'élu sur Facebook. "Je l'ai sommé trois fois de me lâcher le poignet mais il serrait de plus en plus fort, ce qui m'a fait peur et m'a fait réagir violemment pour qu'il évite de me briser le poignet. Je me suis légitimement senti agressé physiquement et je me suis défendu", ajoute M'Jid El Guerrab, en précisant s'être vu prescrire six jours d'incapacité totale de travail (ITT). 

"Je reconnais de surcroît m’être senti menacé en retrouvant Boris Faure à proximité du lieu où je réside avec ma femme et mes enfants. Ce sentiment s’est trouvé exacerbé face aux provocations réitérées du responsable socialiste. Si je regrette aujourd’hui d’avoir répondu physiquement à ces attaques physiques virulentes, elles ne sont absolument pas de mon fait", s'est-il justifié. Un des témoins cité par Marianne a également rapporté que le cadre socialiste avait bien insulté M'Jid El Guerrab. "Il a dit 'sale Arabe', tout le monde a entendu", a-t-il confié. Des accusations fermement démenties par Boris Faure et ses proches. 

4Comment réagissent le PS et LREM ? 

"Le Parti socialiste condamne avec la plus grande fermeté cette agression", a écrit le PS dans un communiqué daté de jeudi. "La République en marche condamne les actes de violence commis à l'encontre de Boris Faure (...). Si les circonstances de cette altercation doivent encore être précisées, aucun comportement ne saurait justifier des actes de violence", a répondu pour sa part La République en marche. 

Le parti a indiqué que M'Jid El Guerrab était convoqué "en début de semaine", "pour un entretien au siège du parti pour entendre sa version, pour qu'il s'explique". Le député pourrait ainsi se voir signifier son exclusion par le Conseil d'administration de LREM.

5Quelles sont les suites politiques ?

Peu de temps avant son audition par les policiers, M'Jid El Guerrab a annoncé sur Facebook qu'il se mettait en congé de LREM et de son groupe parlementaire, tout en restant député des Français de l'étranger. "Suite à l'altercation que j'ai eue avec monsieur Boris Faure, j'ai décidé de me mettre en congé du parti et du groupe parlementaire LREM afin de permettre à l'enquête de se dérouler de la manière la plus sereine possible et de faire toute la lumière sur ce qui s'est passé. Je souhaite naturellement le rétablissement le plus rapide à Monsieur Faure" a-t-il écrit sur son profil Facebook.

6Quelles sont les suites judiciaires ? 

Une enquête pour "violences aggravées" a été ouverte mercredi par le parquet de Paris. Selon l'avocat de M'jid El Guerrab, son client a renoncé à son immunité parlementaire et s'est présenté de lui-même au commissariat. Le député a également annoncé son intention de "porter plainte pour agression".

Gabriel Richard-Molard, cadre de la fédération PS des Français de l'étranger et proche de Boris Faure, a déclaré auprès de Marianne qu'"une plainte sera déposée contre M'Jid El Guerrab pour coups et blessures volontaires", tandis qu'il est également question d'une plainte pour diffamation, concernant les accusations de propos racistes. 

Vous êtes à nouveau en ligne