Richard Ferrand et les Mutuelles de Bretagne : "Le parquet a clairement indiqué que je n'avais strictement rien commis d'illégal"

Le chef de file des députés LREM Richard Ferrand, le 19 octobre 2017.
Le chef de file des députés LREM Richard Ferrand, le 19 octobre 2017. (FRANCEINFO)

Invité de l'émission Questions d'info sur LCP, avec franceinfo, l'AFP et Le Monde, le chef de file des députés LREM, Richard Ferrand, a évoqué l'enquête qui le visait dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne et a affirmé n'avoir "strictement rien commis d'illégal". 

"Le droit a été dit : le parquet a clairement indiqué que je n'avais strictement rien commis d'illégal", déclare jeudi 19 octobre le chef de file des députés LREM Richard Ferrand, après le classement sans suite de l'enquête le visant dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne.

"Il y a quelques mauvais coucheurs qui disent que c'est parce que c'était prescrit, c'est inexact", explique Richard Ferrand, invité de l'émission Questions d'info sur LCP, avec franceinfo, l'AFP et Le Monde.

"Je sais que je n'ai rien commis d'illégal, ni d'immoral, malgré tout ce qui a été écrit"

Le chef de file des députés LREM maintient qu'il y a "un aspect des choses qui relève de la prescription, le reste relève de l'innocence. Et moi je sais que je n'ai rien commis d'illégal, ni d'immoral, malgré tout ce qui a été écrit".

Le parquet de Brest a estimé vendredi dernier que les infractions "d'abus de confiance" et "d'escroquerie" n'étaient "pas constituées, faute d'un préjudice avéré". Sur un autre volet de l'affaire, un éventuel délit de prise illégale d'intérêts, le parquet a invoqué la prescription de l'action publique.

"Aujourd'hui, j'ai l'esprit libéré de ce souci et si certains veulent s'acharner, qu'ils s'acharnent !", ajoute Richard Ferrand. "Moi, ce qui m'importe, c'est la justice de la République et non pas les tribunaux médiatiques."

Vous êtes à nouveau en ligne