PMA : la députée de l'Oise Agnès Thill exclue du groupe LREM à l'Assemblée ?

FRANCEINFO

Opposée à l'extension de la PMA, la députée Agnès Thill, en accumulant les polémiques, pourrait se voir exclure du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale jeudi 24 janvier.

Agnès Thill a déclaré dans une vidéo lundi 21 janvier à propos des femmes seules qui souhaitent la PMA : "Elles en ont envie, mais est-ce que la médecine a vocation à répondre à une envie ? Un enfant n'est pas un médicament, c'est un être humain. Qu'est-ce qu'on fait si un drogué souffre ? On lui donne de la drogue".

Des paroles de la députée LREM de l'Oise jugées "insupportables et méprisantes" sur Twitter par le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

Deux polémiques en quatre jours

Agnès Thill est une habituée des sorties polémiques. Le 17 janvier, elle mettait en ligne une longue lettre sur la PMA dans laquelle elle écrivait : "L'absence de genre dans le mot parent favorise l'éclosion d'écoles coraniques et le départ de nos élèves vers celles-ci".

Ces propos ont provoqué l'indignation à La République en marche d'une dizaine de députés. Agnès Thill a répondu aux attaques. Et le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale Gilles Le Gendre a pris ses distances avec l'élue de l'Oise en se "désolidarisant totalement des déclarations d'Agnès Thill". Elle reste députée au sein de la majorité, mais son cas sera étudié jeudi 24 janvier par le parti.

Vous êtes à nouveau en ligne