Municipales à Paris : Benjamin Griveaux, le pari raté d'Emmanuel Macron

France 3

Benjamin Griveaux a annoncé le retrait de sa candidature aux municipales à Paris, vendredi 14 février, après la diffusion sur internet de vidéos à caractère sexuel. C'est aussi un coup dur pour Emmanuel Macron, qui avait fait de bons scores à Paris. Tout au long de la campagne, les difficultés se sont accumulées pour le parti du président.

Jeudi 13 février, il faisait encore bonne figure en présentant son programme à la presse, en présence d'une centaine de soutiens. C'était le clap de fin d'une campagne qui patinait depuis des semaines. Dès son premier meeting, il doit s'excuser auprès de ses rivaux, dont Cédric Villani, des concurrents qu'il avait traités en privé d'"abrutis". Il tentera de recoller les morceaux avec le député mathématicien, en vain. Cédric Villani confirme sa candidature, une dissidence qui plombe la campagne du candidat officiel. Benjamin Griveaux souffre aussi d'une image d'homme arrogant. Il tente de l'effacer et change de ton lors d'un meeting fin janvier.

Dégringolade dans les sondages

La majorité fait bloc autour de lui, mais rien n'y fait. Pour relancer sa campagne, il annonce des propositions choc, mais jugées irréalistes, comme le déménagement de la gare de l'Est et la création d'un "Central Park". Il dégringole dans les sondages et se retrouve en troisième position derrière la candidate de droite, Rachida Dati. Le président de la République lui-même tente alors de sauver le soldat Griveaux. Pour Emmanuel Macron, le renoncement de Benjamin Griveaux est un échec personnel. Il y a moins d'un an, la conquête de Paris était un espoir tangible pour le parti présidentiel.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne