Cette vidéo n'est plus disponible

L'Assemblée nationale entame sa métamorphose

Après avoir accouché du président de la République, le mouvement La République en marche, vieux d'un an à peine, représente désormais la première force politique du pays. Avec 308 députés, le parti présidentiel profite là d'une majorité absolue, sans même avoir recours aux 42 sièges brigués par l'allié du MoDem. La droite, deuxième force politique, résiste tant bien que mal à cette déferlante : 113 députés Les Républicains et 18 députés UDI siègeront au Palais-Bourbon.

Le Parti socialiste à la dérive

Côté socialiste, en revanche, ça se gâte : le Parti socialiste ne pourra compter que sur 29 députés dans l'hémicycle, un nombre historiquement bas. Le premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis, a présenté sa démission ce dimanche soir. La France insoumise, elle, peut se satisfaire de son score : 17 députés dont Jean-Luc Mélenchon, et un groupe parlementaire à la clé. Enfin, huit députés représenteront le Front national à l'Assemblée. Une poussée macroniste à nuancer toutefois, puisque l'absentention a battu tous les records, en s'élevant à 57,4% au second tour, soit plus de dix points de plus qu'en 2012.
Une avancée en revanche : jamais une Assemblée n'aura été aussi féminine. 223 femmes siègeront au Palais-Bourbon, dont la majorité sous l'étiquette de La République en marche. Enfin, la moyenne d'âge baisse de 54 à 48,5 ans chez les députés. Un rajeunissement que l'on doit notamment à la France insoumise, chez qui l'on trouve les élus les plus jeunes.
Le JT
Les autres sujets du JT
plus