Ciblé par de nouvelles accusations, François de Rugy se retrouve isolé

Soir 3

François de Rugy a tenté de se justifier jeudi 12 juillet sur le scandale qui l'entoure. Mais le ministre de la Transition écologique et solidaire manque de soutien face aux accusations qui se multiplient.

François de Rugy semble très loin d'être sorti d'affaire. Jeudi 12 juillet, une inspection diligentée par le Premier ministre a eu lieu pour visiter son appartement de fonction, où il est suspecté d'avoir fait des travaux importants financés par de l'argent public. Il est aussi suspecté d'avoir utilisé un logement social alors qu'il n'y était pas éligible.


Dans le même temps, le ministre rappelait sur BFMTV sa détermination à rester au pouvoir. "Quand tous les jours sortent des choses qui sont fausses, et bien évidemment on peut avoir envie de rester chez soi. On peut avoir envie de lâcher prise. Mais je ne le ferai pas car je suis très en colère", affirme-t-il. "Jamais de toute ma vie je n'ai occupé un logement social", assure-t-il.


De moins en moins soutenu


Les représentants politiques commencent peu à peu à prendre leurs distances avec François de Rugy. "Cela fout un les boules quand même", regrette Gabriel Attal sur France Inter. "Cela va alimenter l'idée que finalement, tous les politiques se gavent sur le frais du contribuable", juge-t-il.


Son ancienne directrice de cabinet Nicole Klein se retourne elle aussi contre lui. Récemment licenciée, elle estime avoir servi de fusible dans cette affaire. "Je pensais qu'il téléphonait pour me soutenir dans un moment particulièrement violent et difficile. En fait, il souhaitait que je parte le plus vite possible. C'est très brutal oui, bien sûr. Ma tête ne lui coûtait rien", estime-t-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne