Affaires de Rugy : "On conclut à des repas professionnels, mais en fonction de quels critères ?", s'interroge l'association Anticor

François de Rugy, le 14 juillet 2019.
François de Rugy, le 14 juillet 2019. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Jean-Christophe Picard, président d’Anticor, a réagi vendredi sur franceinfo aux premiers résultats de l'enquête menée par l'institution.

"On conclut à des repas professionnels mais en fonction de quels critères ? Le problème de cette affaire, c'est qu'il n'y aucun critère, il n'y a pas de règles très claires", a répliqué vendredi 19 juillet sur franceinfo, Jean-Christophe Picard, président d’Anticor, après les premiers élements de l'enquête de l'Assemblée nationale sur les dîners polémiques de François de Rugy. Selon une source proche de l'enquête, il s'agit bien de dîners professionnels. L'ensemble des résultats seront connu mardi.

franceinfo : Que pensez-vous de cette première conclusion de l'enquête de l'Assemblée nationale qui conclut au caractère professionnel des repas donnés par François de Rugy ?

Jean-Christophe Picard : On conclut à des repas professionnels mais en fonction de quels critères ? Le problème de cette affaire, c'est qu'il n'y a aucun critère, il n'y a pas de règles très claires. Ce qui est écrit dans le règlement de l'Assemblée, c'est qu'il y a une enveloppe pour les frais de réception du président de l'Assemblée nationale, on n'encadre rien, il n'y a pas de nombre de repas maximum, de nombre de convives maximum, il n'y a pas de plafond pour les bouteilles de vin, il n'y a pas de procédure de traçabilité de l'objet des repas ou de l'identité des convives. Au-delà du caractère personnel et professionnel qui est très compliqué à établir, on peut quand même encadrer le coût des mets. On peut peut-être plafonner le coût des bouteilles, le nombre de repas et le nombre de convives. On peut avoir des règles qui encadrent tout ça, pour avoir des dépenses raisonnables. Le gros souci, c'est qu'aujourd'hui, il n'y a rien, il n'y aucune règle déontologique qui encadre tout ça.

Cette enquête de l'Assemblée nationale a statué sur une situation qui est très floue au départ ?

Les règles sont très floues, c'est d'ailleurs pour ça qu'Anticor n'a pas porté plainte, ni fait de signalement au procureur. On estimait que c'était impossible de démontrer le caractère complètement privé d'un repas, en l'état des précisions déontologiques en vigueur. Je ne crois pas que c'est cette histoire de repas qui ait déclenché la démission de François de Rugy. Ce qui pose vraiment un gros problème, c'est cette affaire d'IRFM. Il a utilisé ses frais de mandat pour financer son parti, il a obtenu des déductions fiscales grâce à ce dispositif, alors que c'était clairement interdit. Le Conseil constitutionnel l'avait rappelé en 2013. C'est une règle clairement violée. A mon avis, ça a été la goutte d'eau qui a provoqué la démission. C'était un peu compliqué pour lui d'argumenter.

Faut-il que la Cour des comptes soit associée à cet encadrement du train de vie du président de l'Assemblée nationale ?

Il y a quand même une déontologue, trois questeurs, une commission spéciale, s'ils n'arrivent pas à contrôler ces dépenses, c'est inquiétant. Soit, on supprime tout ça et on crée autre chose, soit on demande aux gens à qui dont c'est le job qui sont rémunérés et bien rémunérés pour ça, les questeurs sont parmi les postes les mieux rémunérés de la République, de faire leur travail. Il faut que chacun prenne ses responsabilités. Il faut remettre à plat, repréciser les règles déontologiques, mettre en place un contrôle effectif. Que ceux qui font la loi arrivent à contrôler leurs propres dépenses. Ce serait un bon début pour crédibiliser leurs fonctions. Lorsque le pays traverse une mauvaise passe financière, lorsqu'on demande aux Français de se serrer la ceinture, c'est la moindre des choses de faire attention aux dépenses. Est-ce qu'on est obligés de servir du homard, des bouteilles à 600 euros. Je pense qu'on peut avoir des dépenses plus raisonnables par rapport aux efforts qu'on demande aux Français.

Vous êtes à nouveau en ligne