Homards géants, grands crus et serveurs... François de Rugy a organisé de luxueux dîners avec des fonds publics, révèle Mediapart

François et Séverine de Rugy, au 34e dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France, au Carrousel du Louvre à Paris, le 20 février 2019. 
François et Séverine de Rugy, au 34e dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France, au Carrousel du Louvre à Paris, le 20 février 2019.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le ministre est accusé par le site d'investigation d'avoir multiplié les agapes entre amis, aux frais de la République, lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale. 

Dans un article publié mercredi 10 juillet, Mediapart assure que le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a utilisé les fonds publics qui lui étaient alloués quand il était président de l'Assemblée nationale pour convier des amis à des dîners fastueux organisés avec sa femme, entre 2017 et 2018. Ces luxueuses agapes organisées dans les salons de l'hôtel de Lassay, la résidence du président de l'Assemblée, n'avaient pas de "lien évident avec les fonctions d'alors de François de Rugy" note le site d'information.  

Mediapart a ainsi pu identifier "une dizaine" de dîners privés, essentiellement organisés par Séverine de Rugy, "journaliste people à Gala". Ces dîners entre amis ont "suscité l'indignation de certains fonctionnaires de l'Assemblée nationale", précise le site. 

Grands crus et homards géants

A chaque fois, le personnel de l'hôtel de Lassay était mis à contribution, "parfois jusque tard dans la nuit". Sur la table, des champagnes et des grands vins "directement issus des caves de l'Assemblée, réputée pour être l'une des mieux garnies de France". Du "mouton-rothschild 2004 du centenaire de l'Entente cordiale entre l'Angleterre et la France (au moins 500 euros la bouteille)" a ainsi été servi aux invités. Côté mets, une photo montre "des homards géants finement préparés en cuisine"

Les participants, "entre dix et trente par dîner""appartenaient tous au cercle relationnel et surtout amical de Séverine de Rugy", relève Mediapart, qui a eu accès à la liste des invités. Les époux recevaient ainsi "des copains et copines de la communication et du journalisme, des réalisateurs, des producteurs, des gens la finance, des actrices ou des écrivains de seconde zone".  

Par ailleurs, "le personnel et les moyens de l'Assemblée nationale ont également été mobilisés pour des événements intimes du couple". Ainsi, sur une photo prise à la Saint-Valentin 2018, on voit François de Rugy attablé à l'hôtel de Lassay devant une nappe parsemée de pétales de roses rouges. 

Des dîners qui faisaient "partie de [son] travail" 

"Nous n'avons rien à nous reprocher", s'est défendu, mercredi sur France Inter, le ministre de la Transition écologique et solidaire, qui parle d'un "article pamphlétaire". Il assure avoir "répondu à toutes les questions de Mediapart". Selon lui, les invités "ne sont pas des amis" et la tenue de ces dîners "faisait partie de [son] travail".

Concernant les budgets de réception, le ministre assure les avoir "baissés" lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale. Il évoque une diminution de 13% des frais de réception pendant son mandat, ainsi qu'une baisse de 34% du budget transports. François de Rugy affirme aussi avoir "divisé par trois le budget de réception par rapport à ce qu'il était" depuis son arrivée au ministère.

Séverine de Rugy, elle, explique à Mediapart que ces dîners devaient permettre à son mari de rester connecté "à la société". "Je n'ai jamais demandé quoi que ce soit et je n'ai jamais vérifié ce qu'on mettait comme vin. Ce n'est pas mon truc", ajoute-t-elle. 

Vous êtes à nouveau en ligne