Emmanuel Macron : les mots chocs

FRANCE 3

Malgré la pression qui monte, le président assume sa déclaration polémique sur "les fainéants".

À chaque petite phrase sa nouvelle polémique. En déplacement à Athènes (Grèce), vendredi 8 septembre dernier Emmanuel Macron évoque sa réforme du travail lorsqu'il lâche ces quelques mots : "Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes." Depuis trois jours, la polémique ne désenfle pas, et ce lundi 11 septembre au matin, à Toulouse (Haute-Garonne), Emmanuel Macron est interpellé sur le sujet. Le président de la République ne se dérobe pas, et assume ses propos : "Je vous invite à regarder mes deux discours à Athènes, et vous verrez que quand je parlais des fainéants, je parlais des gens qui n'avaient pas voulu faire des réformes quand ils étaient en responsabilité".

Maladresse ou calcul politique?

Ce n'est pas la première fois que le chef de l'État utilise des formules-chocs pour parler de la France et de sa capacité à se réformer. Alors, maladresse ou calcul politique, ces petites phrases font chuter sa popularité, mais elle rassure aussi ses soutiens de la première heure. Pour Bernard Sananès, PDG de l'institut de sondage Elabe, "Il ne donne pas l'impression de reculer ou de céder devant la pression, et ça, c'est important pour son électorat, parce qu'il portait aussi une promesse de faire de la politique différemment, et donc de parler différemment." Dans les prochaines semaines, l'application des premières réformes donnera le ton : soit la contestation prend de l'ampleur, soit sa méthode finit par payer.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne