Les sujets du jour
Effondrement d'immeubles à MarseillePrix des carburantsRoute du RhumProcès de Georges TronIncendies en Californie

DIRECT. Richard Ferrand est élu président de l'Assemblée nationale par 254 voix sur 484

LCP

Après les débats et les questions au gouvernement, les députés ont voté pour élire le nouveau président de l'Assemblée nationale. Le candidat de la majorité, Richard Ferrand, l'a emporté largement.

Le député LREM Richard Ferrand a été élu président de l'Assemblée nationale, mercredi 12 septembre, par 254 voix sur 484. Le chef de file des députés la République en marche était assuré de l'emporter, du fait de la nette majorité dont dispose le parti présidentiel (312 députés sur 577). 

Richard Ferrand a été élu à 52,4% des suffrages exprimés, soit 254 voix sur 484. Le parti présidentiel comptant 312 députés, cela signifie que 58 députés de la majorité n'ont pas voté pour Richard Ferrand. Parmi les quatre autres prétendants au perchoir, Annie Genevard (LR) a récolté 95 voix et Marc Fesneau (MoDem) 86 voix, a annoncé à la tribune de l'Assemblée la vice-présidente Carole Bureau-Bonnard, qui présidait la séance.

L'élection de Richard Ferrand ouvre la voie à plusieurs questions. La première, c'est l'épineux dossier de son successeur comme chef de file des députés LREM, qui doit être désigné par les élus de la majorité. La seconde concerne directement l'ancien élu du Finistère, poursuivi en justice dans l'affaire des mutuelles de Bretagne, et dont la candidature est contestée par l'association pour la moralisation de la vie publique Anticor.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ASSEMBLEE

21h55 : "[Richard Ferrand] est l'homme du président [Emmanuel Macron], c'est l'affidé du président. Il aura à démontrer qu'il peut restaurer l'indépendance du Parlement."

Annie Genevard, vice-présidente LR de l’Assemblée nationale, a réagi à l'élection de Richard Ferrand au perchoir. "Il va devoir faire ses preuves", a-t-elle assuré.

Un sacré avertissement pour Ferrand (à bulletins secrets) : 484 suffrages exprimés / 577

Par rapport au groupe :

Richard Ferrand (LREM) 254 (-58)

Annie Genevard (LR) 95 (-8)

Marc Fesneau (MoDem) 86 (+40)

Ericka Bareigts (NG) 31 (+1)

Mathilde Panot (LFI) 17 (-)

19h00 :

Bonjour @Citoyen. L'Assemblée nationale compte 312 élus La République en Marche. Sur Twitter, un journaliste compare les votes obtenus par les cinq candidats au perchoir avec le nombre de députés dans leur groupe.

19h00 :

Combien de députés LREM siègent à l'assemblée nationale ?

18h52 :

C'est avec émotion que je constate la déliquescence toujours plus avancée de notre République française !

18h51 :

Il y a 254 députés qui déshonorent la République. Cette élection est une honte pour la démocratie.

18h52 :

Dans les commentaires, vous êtes nombreux à réagir à l'élection de Richard Ferrand.

18h44 : Voici quelques photos des minutes qui ont suivi l'annonce de l'élection de Richard Ferrand au perchoir.




(ERIC FEFERBERG / AFP)

Ferrand est donc élu. Félicitations républicaines ! Mais c’est une petite majorité ! Le candidat MoDem fait bien plus que le poids de son groupe.Un signe voire un signal !

Score étonnant de Marc Fesneau, président du groupe MoDem qui remporte 86 voix et réunit bien au delà des 46 députés MoDem

18h35 :

La députée LR Annie Genevard obtient 95 voix, l'élu du MoDem Marc Fesneau 86 voix, la socialiste Ericka Bareigts 31 voix et Mathilde Panot (FI) 17 voix.

18h27 : "C'est avec émotion que je m'adresse à vous, au moment où vous me faites l'honneur de me choisir pour présider nos travaux et notre illustre institution."

Richard Ferrand a été élu par 254 voix sur 484 (52,4 % des suffrages exprimés). Il devient Président de l’Assemblée nationale.


18h33 :

Sans surprise, le chef de file des députés LREM est élu au perchoir. Richard Ferrand a obtenu 254 voix sur 484 suffrages exprimés.

20h01 :

Le député LREM Richard Ferrand est élu à la présidence de l'Assemblée nationale, avec 52,4% des votes.

17h07 :

Les députés sont toujours en train de voter pour élire le président de l'Assemblée nationale. On devrait connaître son nom juste après le dépouillement, soit vers 18h20.







(Eric FEFERBERG / AFP)

16h56 :

Les députés votent actuellement pour élire le nouveau président de l'Assemblée nationale. On devrait connaître son nom d'ici deux heures.

15h28 :

La nouvelle ministre des Sports, Roxana Maracineanu, prend la parole pour la première fois devant l'Assemblée nationale. Elle n'est pas interpellée ici sur les réductions importantes de postes dans son ministère, mais sur le nombre important chaque année de noyades.

« Bravo ! Bravo ! » Le groupe LR applaudit bruyamment et de manière ironique la nomination de François de Rugy au gouvernement. En étant surtout satisfait de ne plus l’avoir au perchoir...

15h19 :

Avant de procéder au vote pour élire le nouveau président de l'Assemblée, les députés posent leurs questions au gouvernement. C'est au tour de François de Rugy de prendre la parole pour la première fois en tant que ministre de la Transition écologique. Il a d'ailleurs été un peu chahuté, comme le note un journaliste du Monde.

15h13 :

Suivez en direct les débats avant l'élection du nouveau président de l'Assemblée nationale.

12h16 : "Non, Richard Ferrand n'a pas le calibre"

pour être président de l'Assemblée nationale, estime Damien Abad député Les Républicains, invité de "L'Instant politique" sur franceinfo.




15h51 :

Les autres candidats à ce stade sont Annie Genevard (LR) et Mathilde Panot (LFI). Vu la large majorité dont dispose LREM à l'Assemblée (312 députés sur 577), l'issue du vote à bulletins secrets et l'élection de Richard Ferrand au Perchoir fait peu de doute... sauf retournement de situation très improbable.

15h50 :

Les députés socialistes ont désigné l'élue de La Réunion Ericka Bareigts comme candidate à la présidence de l'Assemblée nationale, face notamment au LREM Richard Ferrand, quasi-assuré de l'emporter demain lors du vote dans l'Hémicycle. Pour en savoir plus sur Erika Bareigts, vous pouvez consulter son portrait réalisé par nos confrères de La Réunion 1ère.



(Thomas SAMSON / AFP)

11h26 :

Richard Ferrand est une "courroie de transmission de l'Elysée", juge Guillaume Larrivé. Le secrétaire général délégué des Républicains, invité sur franceinfo ce matin, estime que l'Assemblée nationale va avoir "un président soumis au président de la République".



16h00 :

C'est très juste, cher @anonyme. L'enquête sur l'affaire des Mutuelles de Bretagne a été dépaysée au tribunal de Lille. Richard Ferrand a obtenu que le pôle financier du tribunal de Paris soit dessaisi, en raison de la présence dans le dossier d'Eric Alt, magistrat au tribunal de grande instance de Paris mais aussi vice-président d'Anticor, l'association qui s'est portée partie civile dans l'affaire. Nous vous l'expliquons dans cet article.

16h00 :

À noter que l'affaire Ferrand a été dépaysée hors de Paris car l'association Anticor avait un "léger" conflit d'intérêt, le vice président de celle-ci étant magistrat au TGI de Paris ...

« Vous me pardonnerez de ne pas être une dame »... Il va falloir faire un effort pour pardonner au monsieur la bêtise infatuée de ses propos. #GrandeCauseToujours

15h44 : "Je ne suis pas un chouchou. Je suis un homme démocratiquement élu (...). Vous me pardonnerez de ne pas être une dame."

Ces propos, prononcés par Richard Ferrand juste après sa désignation comme candidat LREM au perchoir de l'Assemblée nationale, provoquent de vives réactions, dont celle de l'ancienne ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol.

15h01 : "Dans le contexte, je trouve que j'ai fait un très beau score et j'en suis très fière."

Et voici la réaction de la perdante, Barbara Pompili, qui a recueilli 29,21% des suffrages derrière Richard Ferrand (64,26%). "Je respecte le résultat du vote. Je regrette de ne pas avoir réussi à convaincre mes collègues", a-t-elle affirmé.

Merci aux collègues de @LaREM_AN de me faire l’honneur d’être leur candidat pour la Présidence de l’@AssembleeNat.

Fort de cette confiance, je porterai un projet de transformation et de modernisation de notre Institution, conformément à nos engagements pris devant les Franç

14h57 :

Sur Twitter, Richard Ferrand réagit à sa désignation comme candidat à la présidence de l'Assemblée nationale par les députés LREM.

14h39 :

Mais en juillet dernier, Richard Ferrand a obtenu que le pôle financier du tribunal de Paris soit dessaisi du dossier. C'est désormais un juge de Lille qui se penche sur l'avenir judiciaire du futur président de l'Assemblée nationale. Il risque jusqu'à trois ans d'emprisonnement et 200 000 euros d'amende dans cette affaire.

14h37 :

L'affaire a rebondi en janvier 2018. Cette fois-ci, c'est le parquet national financier (PNF) qui se penche sur le dossier. Après une plainte avec constitution de partie civile déposée par l'association Anticor, le PNF ouvre une information judiciaire pour "prise illégale d'intérêts", "recel" et "complicité" de ce délit.

14h35 :

Bonjour @Y'en a marre. Vous faites sans doute référence à l'affaire des Mutuelles de Bretagne, qui avait précipité le départ de Richard Ferrand du gouvernement en juin 2017. A l'époque, le parquet de Brest avait ouvert une enquête préliminaire, mais celle-ci a été classée sans suite quatre mois plus tard, comme nous l'expliquons dans cet article.

14h35 :

Une honte ! Être sous le coup d'une enquête judiciaire et présider l'Assemblée.

13h15 :

Richard Ferrand a recueilli 64,26% des suffrages, devant la présidente de la Commission du développement durable Barbara Pompili (29,21%), la députée de l'Isère Cendra Motin (5,15%) et celui du Tarn Philippe Folliot (1,37%). Il devrait accéder officiellement au perchoir, mercredi, à l'issue d'un vote dans l'hémicycle.

13h10 :

Le député du Finistère a été largement élu par son parti, dès le premier tour. Déjà président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, il devrait accéder sans problème au perchoir avec les votes de la majorité présidentielle dans l’hémicycle.

13h27 :

Sans surprise, Richard Ferrand a été désigné candidat LREM à la présidence de l'Assemblée nationale.

11h48 : "Je suis un produit 100% Macron."

La députée LREM de l'Isère Cendra Motin explique sur franceinfo que sa faible expérience en politique est un atout pour sa candidature à la présidence de l'Assemblée nationale, alors que les députés LREM sont en train de voter pour désigner leur candidat.

10h21 :

"Nous sommes d'accord avec le fait qu'il faut qu'enfin, dans les quatre premiers personnages de l'État, il y ait une femme qui soit à la tête de l'Assemblée au perchoir."

Mathilde Panot, députée et candidate La France insoumise à la présidence de l’Assemblée nationale, a souhaité, sur franceinfo, "bon courage" aux femmes de La République en marche qui se présentent "contre Richard Ferrand" pour briguer le perchoir.

« Je vous demande un vote de confiance au nom d une certaine idée de la fidélité, de la constance et de la volonté ». #LREMtours

"Je me sens parfaitement capable de gérer un Mélenchon" (Barbara Pompili) #perchoir