Après avoir obtenu la confiance de l'Assemblée, Edouard Philippe échoue à convaincre le Sénat, qui s'abstient majoritairement

Edouard Philippe lors de son discours de politique générale à l\'Assemblée nationale, mercredi 12 juin 2019. 
Edouard Philippe lors de son discours de politique générale à l'Assemblée nationale, mercredi 12 juin 2019.  (ALAIN JOCARD / AFP)

Alors que le Premier ministre avait appelé les sénateurs à "dépasser les clivages", seuls 71 sur 345 ont voté pour sa déclaration de politique générale. 

Après la confiance de l'Assemblée, Edouard Philippe se confronte à la défiance du Sénat. Le Premier ministre a prononcé, jeudi 13 juin au matin, une autre version de sa déclaration de politique générale présentée la veille devant les députés. Les sénateurs, appartenant en majorité à l'opposition de droite, se sont largement abstenus. Sur 345 votants, 181 ont choisi de ne pas se prononcer et 93 ont voté contre. Seuls 71 ont soutenu le projet du gouvernement pour la suite du quinquennat.

Sans surprise mercredi, les mesures annoncées par Edouard Philippe ont été largement approuvées par les députés, par 358 voix contre 194. Réponses au mouvement des "gilets jaunes", réforme de l'assurance-chômage et des institutions, projet de loi bioéthique, nouveaux engagements écologiques… Le Premier ministre a détaillé devant l'Assemblée nationale les principaux chantiers et précisé le calendrier politique au moins jusqu'aux municipales de mars 2020. 

 

Vous êtes à nouveau en ligne