Amendements : "Trop de députés cèdent à la tyrannie de ces sites qui jugent de leur travail", estime Richard Ferrand

franceinfo

"Sous la précédente législature, 114 000 amendements ont été examinés, ce qui était déjà le record absolu de la Vème République. Là, nous sommes dans une tendance où nous allons vers 150 000", prévient Richard Ferrand.

Richard Ferrand, le président LREM de l'Assemblée nationale, redit jeudi 20 juin sur franceinfo sa volonté de rendre les débats dans l'hémicycle "plus compréhensibles", via une réforme du règlement de l'Assemblée, regrettant notamment une hausse des amendements.

"Trop de députés cèdent à la tyrannie de ces sites qui jugent de leur assiduité et de leur travail. Et ils pensent que, plus ils produisent de la littérature qui finit au panier, plus ils peuvent démontrer localement qu'ils sont actifs. Mais ça ne rajoute pas de la clarté et de la pertinence."

Richard Ferrand affirme, que, alors que 76 amendements avaient été déposés lors de l'examen de la loi Veil en 1974, 3 000 l'ont été en deuxième lecture de la loi Pacte, en 2019. "Sous la précédente législature, 114 000 amendements ont été examinés, ce qui était déjà le record absolu de la Vème République. Là, nous sommes dans une tendance où nous allons vers 150 000", ajoute Richard Ferrand.

"Il faut que le débat soit mieux compréhensible et que l'on ne passe pas des heures et des heures à s'enliser sur des amendements qui n'enrichissent pas la pensée collective, ni même les textes", juge le président de l'Assemblée nationale.

Vous êtes à nouveau en ligne