La participation aux législatives américaines semblait élevée mardi, selon des responsables de plusieurs Etats

Vote dans une église de Washington pour les élections de mi-mandat (2 novembre 2010)
Vote dans une église de Washington pour les élections de mi-mandat (2 novembre 2010) (AFP / Kimihiro Hoshino)

Une forte participation pourrait être bon signe pour les démocrates, à la traîne dans les derniers sondages.A Chicago, fief de Barack Obama dont l'ancien siège de sénateur fait l'objet d'une dure bataille, de nombreux électeurs se sont déplacés dès le début de la matinée, avant d'aller travailler, selon le porte-parole de la commission électorale.

Une forte participation pourrait être bon signe pour les démocrates, à la traîne dans les derniers sondages.

A Chicago, fief de Barack Obama dont l'ancien siège de sénateur fait l'objet d'une dure bataille, de nombreux électeurs se sont déplacés dès le début de la matinée, avant d'aller travailler, selon le porte-parole de la commission électorale.

Et dans la banlieue de Chicago, des files d'attente étaient visibles dans certains bureaux de vote, a indiqué de son côté Courtney Greeve, une porte-parole du comté de Cook.

Le Minnesota (nord), l'Etat américain où le taux de participation est généralement le plus élevé, a enregistré "une participation vraiment forte le matin", selon le secrétaire d'Etat Mark Ritchie, expliquant le phénomène par une "météo idéale" mais aussi par le fait que plusieurs postes mis en jeu sont "vraiment disputés".

De nombreux votants s'étaient également déplacés dans le Wisconsin (nord), le Kentucky (centre-est), la Caroline du Nord (sud-est), l'Etat de New York, le Missouri (centre) et la Virginie (est).

En revanche, la participation semblait "modérée" mais "stable" dans l'Ohio (nord), selon Kevin Kidder, un porte-parole de l'Etat. Et dans le Maryland (est), la participation pourrait être inférieure à sa moyenne d'environ 57%, selon une responsable.

La participation est généralement plus élevée aux législatives quand il y a une présidentielle. Elle avait atteint 63,6 pour la présidentielle de 2008 contre 47,8% en 2006.

Vous êtes à nouveau en ligne