La ministre de l'Ecologie Delphine Batho démise de ses fonctions

(Maxppp)

L'Elysée a mis fin mardi aux fonctions de Delphine Batho, alors que la ministre de l'Ecologie a critiqué le budget 2014. Philippe Martin lui succède au ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, la passation de pouvoir aura lieu mercredi matin.

Une démission rondement menée, tout a été très rapide, en une demie journée. Environ une heure après son entrevue mardi après-midi avec le Premier ministre, Matignon a annoncé que Delphine Batho avait démissionné de son poste de ministre de l'Ecologie. François Hollande a mis fin à ses fonctions, après un entretien téléphonique pendant lequel l'ex-ministre a refusé de retirer ses propos, selon l'entourage de l'Elysée.

La ministre était sortie des rangs mardi matin, critiquant le budget 2014, qu'elle jugeait "mauvais ", alors que débutaient les débats à l'Assemblée sur les orientations budgétaires. Elle dénonçait notamment le budget de son ministère, en baisse de 7%, s'attirant de nombreuses critiques. François Hollande avait prévenu, il y a quelques semaines, qu'il ne tolérerait plus aucun couac.

 Le ministre des Affaires étrangères a estimé mardi que les critiques de celle qui est maintenant ex-ministre posaient "un problème évident de cohérence d'expression gouvernementale ".

Philippe Martin nommé à sa place

"Sur proposition du Premier ministre (Jean-Marc Ayrault), le président de  la République a mis fin aux fonctions de Mme Delphine Batho et a nommé M. Philippe Martin, ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de  l'Energie ", a annoncé l'Elysée dans un communiqué mardi vers 18h. La passation de pouvoir aura lieu mercredi matin à 8h45 a indiqué le ministère de l'Ecologie.

Philippe Martin, 60 ans en novembre, est député PS du Gers et membre de la commission du Développement durable et de l'Aménagement du territoire de l'Assemblée

 ►A LIRE AUSSI Le portrait de Philippe Martin

Une "ligne rouge" pour Europe Ecologie-Les Verts ?

Depuis la formation du gouvernement Ayrault, des tensions apparaissent régulièrement entre les socialistes et les écologistes. Mais le départ de Delphine Batho pourrait marquer un tournant. "C'est plus qu'un mauvais signal, je crois que c'est une ligne rouge pour notre parti et pour l'écologie, et peut-être qu'avec d'autres je souhaiterais qu'EELV sorte du gouvernement ", réagit par exemple sur France Info le député européen Yves Cochet, ancien ministre de l'environnement.

 

Noël Mamère, député Vert, propose une réunion de crise d'EELV pour décider du maintien de sa participation au gouvernement. "Nous n'avons pas à jouer un rôle de tapisserie dans un gouvernement qui n'a que faire de l'écologie ", dit Noël Mamère sur France Info.

"Un mauvais signe" pour l'écologie

Pour Benoît Hartmann, porte-parole de l'association France Nature Environnement, cette démission est un symbole très négatif pour l'écologie. "Si on renvoie son ministre de l'Ecologie tous les ans, on ne peut pas donner l'impression qu'on a une vision claire de ce qu'est la transition écologique et qu'on a envie de s'en donner les moyens ", explique-t-il, en référence au départ de Nicole Bricq un mois après sa nomination.

"D epuis un an de gouvernement, c'est la deuxième ministre qui est débarquée ", constate aussi José Bové, député EELV, depuis le Parlement européen de Strasbourg. "C'est vrai que c'est assez incompréhensible qu'elle ait été convoquée de cette manière là et jetée dehors, alors qu'on se rappelle des propos de d'autres ministres, Arnaud Montebourg ou d'autres, très critiques, qui n'ont jamais été menacés de quoique ce soir, donc c'est un mauvais signe pour l'écologie ", ajoute-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne