Trois questions sur les aides aux travaux réservées aux plus modestes dont ont bénéficié Alexis Corbière et Raquel Garrido

Alexis Corbière et Raquel Garrido dans le QG de campagne de La France insoumise à Paris, le 16 janvier 2017.
Alexis Corbière et Raquel Garrido dans le QG de campagne de La France insoumise à Paris, le 16 janvier 2017. (WITT/SIPA)

Le couple a reçu plus de 12 000 euros de remboursement de l'Agence nationale de l'habitat (Anah) pour ses travaux de rénovation énergétique. 

"Un député Insoumis friand d'aides sociales." C'est le titre d'un article du Canard enchaîné paru mercredi 31 octobre. L'hebdomadaire satirique révèle que le député de La France insoumise Alexis Corbière et sa compagne, Raquel Garrido, ont bénéficié d'une aide financière pour des travaux au titre de ménage "très modeste". Franceinfo fait le point sur les questions que soulève cette affaire. 

Que révèle "Le Canard enchaîné" ? 

"Contraint de quitter son HLM parisien pour cause de revenus trop élevés, le couple a acheté, à la fin de 2017, une maison à Bagnolet (Seine-Saint-Denis) dont il a fait payer la majeure partie de la rénovation par des fonds sociaux...", raconte Le Canard enchaînéAprès une demande effectuée le 15 mai 2018, avec un devis de près de 20 000 euros de travaux de rénovation énergétique, le député de la Seine-Saint-Denis et la chroniqueuse TV, parents de trois enfants, ont reçu un peu plus de 12 000 euros de remboursement de l'Agence nationale de l'habitat (Anah), révèle l'hebdomadaire.

Selon Le Canard enchaîné, Alexis Corbière et Raquel Garrido ont envoyé leur déclaration de revenus de 2016 en l'absence, à ce stade de l'année, d'une communication du fisc sur leurs revenus de 2017. Ces derniers avaient nettement augmenté en raison de l'indemnité parlementaire du député et du salaire de chroniqueuse sur C8 de Raquel Garrido. 

Que répondent Corbière et Garrido ? 

Dans un communiqué publié sur Twitter, Alexis Corbière dénonce un "article infamant". Le député de La France insoumise réprouve "le procédé du Canard qui consiste à jeter le discrédit sur un citoyen et une famille, qui respectent la loi".

"Je ne suis pas responsable ni du nom de ces catégories, ni des plafonds retenus. (...) Je n'ai fait que respecter les règles qui régissent ce dispositif", a réagi Alexis Corbière, à propos de l'aide financière qu'ils ont obtenue au titre de "famille très modeste". Il affirme que les revenus de son foyer en 2016 s'élevaient à 37 451 euros pour un couple avec trois enfants. Auprès du Canard, le parlementaire précise également que ses "travaux de rénovation énergétique ont été rendus absolument urgents suite à un incendie en février 2018."

De son côté, Raquel Garrido précise que sa fille "est restée coincée à l'étage par le feu dans la cage d'escalier". "On aurait prémédité cela de façon 'dégourdie' pour toucher une subvention ? Je suis dégoûtée", écrit-elle sur Twitter. 

Est-ce légal ? 

Le Canard enchaîné le précise d'emblée : "Malgré les apparences, ce tour de passe-passe reste parfaitement légal." Mais l'hebdomadaire précise que le couple s'est débrouillé "pour profiter d'une faille du dispositif""Pour avoir droit malgré tout aux subventions, nos deux dégourdis ont joué sur le calendrier fiscal en déposant leur demande trois mois avant que les chiffres de 2017 soient communiqués par l'administration fiscale", précise Le Canard

Contacté par franceinfo, Thierry Vallat, avocat au barreau de Paris, est formel : "Raquel Garrido et Alexis Corbière étaient dans les clous pour bénéficier de cette subvention de l'Anah". "C'est vrai que c'est étonnant, on n'a pas l'impression qu'ils font partie des ménages les plus modestes, mais pour moi, il n'y a pas de problème de fraude", assure l'avocat.

Vous êtes à nouveau en ligne