Rentrée politique de la France insoumise : Jean-Luc Mélenchon "est dans un exercice de transmission"

Jean-Luc Mélenchon pendant son discours aux AMFiS d\'été de la France insoumise à Marseille, le 25 août.
Jean-Luc Mélenchon pendant son discours aux AMFiS d'été de la France insoumise à Marseille, le 25 août. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

La France insoumise s'est réunie pour sa rentrée politique avec l'objectif de préparer les élections européennes. Aujourd'hui âgé de 67 ans, Jean-Luc Mélenchon fait toujours figure de leader mais est dans "la transmission" assurent les militants. 

Les AMFiS d’été de la France insoumise s’achèvent dimanche 26 août à Marseille. Au cours de ces quatre jours, quelque 3 000 militants ont assisté à 130 ateliers et conférences, dont le discours de Jean-Luc Mélenchon samedi. Le programme a été pensé pour armer les troupes en vue des prochaines élections européennes, mais pas seulement.

Aujourd’hui indissociable de la figure de Jean-Luc Mélenchon, la France insoumise se préoccupe de son avenir. Ses membres n'aiment pas qu'on leur pose la question de la succession. "Peut-être qu'il y a une tendance à vouloir enterrer Jean-Luc Mélenchon. Mais il est toujours là !", s'exclame ce militant. 

Jean-Luc Mélenchon vu en passeur de témoin par ses troupes

Mais puisqu'on leur pose cette question, les Insoumis y répondent : la succession est assurée. "Il y a le fantasme comme quoi Jean-Luc Mélenchon veut prendre toute la place alors que s'il y a une qualité qu'on peut lui reconnaître, c'est que c'est un passeur, affirme un autre militant. Il sait qu'il est à l'aube de ses 67 ans, que sa vie est plus derrière lui que devant, même s'il peut toujours être présidentiable dans quatre ans. Mais il a tellement transmis qu'on a plein d'hommes et de femmes prêts à prendre le pouvoir."

Son obsession, c'est de transmettreUn militant de la France insoumiseà franceinfo

Le 23 août, Jean-Luc Mélenchon a fait devant les siens une conférence sur son livre programmatique, "l'ère du peuple". Une leçon fermée à la presse mais à laquelle cette Marseillaise a assisté. Elle assure qu'il est là "pour passer le flambeau, pour qu'on continue ce qu'il a commencé il y a un moment. Il est dans un exercice de transmission."

En juin 2017, 16 députés France Insoumise sont entrés à l'Assemblée nationale aux côtés de Jean-Luc Mélenchon. Des visages et des noms avec lesquels les Français ont commencé à se familiariser : Ugo Bernalicis, Adrien Quatennens, Caroline Fiat, entre autres.

Avec l'émergence de ce groupe à l'Assemblée, le mouvement s'est affranchi de la figure tutélaire, constate Stéphane Vontron, il co-anime uun groupe d'action de terrain dans un quartier de Lille. "Après l'été dernier, la France insoumise, ce n'était plus une personne, c'était un mouvement." 

Objectif : les élections européennes

En mai prochain, les élections européennes seront aussi l'ocassion de faire émerger des têtes nouvelles, dit Adrien Quatennens, figure montante de l'Assemblée. "Avant d'être arrivées à l'Assemblée nationale, vous étiez nombreux à dire 'on voit peut de têtes à la France insoumise'. Vous en voyez depuis un an beaucoup plus". Adrien Quatennens vise les prochaines élections, en 2019 : "Notre espoir c'est qu'avec les Européennes, vous en voyiez encore davantage. Chaque étape intermédiaire jusqu'à ce qui demeure notre objectif, à savoir l'accession au pouvoir dans ce pays, va nous permettre d'accroître considérablement notre force émettrice." 

Il n'y aura pas de députés de l'Assemblée nationale sur la liste européenne, on veut continuer à élargir le socle d'émetteurs que nous avonsAdrien Quatennens, député France insoumiseà franceinfoR

Reste que pour l'heure, personne ne s'aventure à dire au micro que Jean-Luc Mélenchon devrait passer la main en 2022, l'année de ses 71 ans. 

Vous êtes à nouveau en ligne