Enseignant décapité : le député Eric Coquerel appelle à "un rassemblement du peuple, des croyants, des non-croyants"

Eric Coquerel, député La France insoumise, à l\'Assemblée nationale, le 12 octobre 2020.
Eric Coquerel, député La France insoumise, à l'Assemblée nationale, le 12 octobre 2020. (BERTRAND GUAY / AFP)

"Il faut qu'on montre que ce genre de terreur religieuse ne gagnera pas en France", a déclaré le député LFI après qu'un professeur a été tué devant un collège de Conflans-Sainte-Honorine vendredi. Olivier Faure, premier secrétaire du PS, appelle lui à manifester "cette unité profonde qui nous lie toutes et tous".

"Face à des gens qui veulent semer la haine, au nom du fanatisme religieux, il faut que le peuple de France oppose un rassemblement fraternel", a réagi vendredi sur franceinfo Eric Coquerel, député LFI de Seine-Saint-Denis, après qu'un professeur a été décapité devant un collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

>> Attaque d'un professeur à Conflans-Sainte-Honorine : suivez notre direct

"J'en appelle au rassemblement du peuple, lance Eric Coquerel. On saura le faire, des croyants, des non-croyants, de toutes les confessions." Le député souhaite que "cela se matérialise très vite, dès la semaine prochaine, par un grand rassemblement.

Il faut qu'on montre que ce genre de terreur religieuse ne gagnera pas en France.Eric Coquerel, député LFI de Seine-Saint-Denisà franceinfo

Il faut "lui opposer tous nos principes républicains :  liberté, égalité, fraternité, et le refus de toute discrimination". Pour le député La France insoumise, "ils cherchent à déclencher des guerres civiles et à opposer les religions les unes contre les autres. Il faut à tout prix s'y opposer et il ne faut pas leur donner cette victoire". "Mon objectif, cela a toujours été que ces fondamentalistes religieux n'arrivent pas diviser le pays", ajoute Eric Coquerel.

Olivier Faure appelle à manifester "cette unité profonde qui nous lie toutes et tous"

"Nous sommes là debout, nous allons résister ensemble et il faut que nous manifestions cette unité profonde qui nous lie toutes et tous", a de son coté réagi Olivier Faure, premier secrétaire du PS, sur franceinfo. Il a exprimé sur franceinfo vendredi soir son "'effroi, comme tous les Français", mais aussi sa "colère parce que nous ne pouvons pas laisser passer".

Olivier Faure a dit "reprendre les mots du chef de l'Etat qui a parlé pour l'ensemble des Français ce soir et qui dit ce que nous pensons tous. Nous sommes la République, nous sommes la France, nous sommes un pays de libertés". "Il faut faire bloc ensemble, faire nation ensemble".

"Le premier rempart contre l'obscurantisme, contre le fanatisme, contre l'intolérance, c'est l'école et justement c'est à l'école qu'on s'en est pris ce soir avec cette décapitation qui n'est pas un geste anodin. On a voulu décapiter à la fois, l'Ecole, la République, l'école de la République", a insisté Olivier Faure.

Vous êtes à nouveau en ligne