"On ne va pas arriver aux élections européennes avec cinq listes de gauche"

La députée Marie-George Buffet, le 18 octobre 2017.
La députée Marie-George Buffet, le 18 octobre 2017. (FRÉDÉRIC DUGIT / MAXPPP)

"Faire l'union, c'est un combat", a rappelé Marie-George Buffet, la députée communiste de Seine-Saint-Denis.

"On ne va pas arriver aux élections européennes avec cinq listes de gauche", a affirmé dimanche 16 septembre sur franceinfo la députée du Parti communiste français (PCF) de Seine-Saint-Denis Marie-George Buffet, au soir de la clôture de la Fête de l'Humanité à La Courneuve (Seine-Saint-Denis). L'élue espère que les différents partis de gauche vont "se mettre autour de la table pour trouver une solution et aller ensemble" aux européennes.  

franceinfo : Toute la gauche a défilé à la Fête de l'Humanité, sauf les élus de La France insoumise, qui ont boycotté le rendez-vous. Le rassemblement de la gauche est-il compromis ?

Marie-George BuffetC'est faux. J'ai fait un débat avec Clémentine Autain, députée de La France insoumise, Eric Coquerel a dîné hier soir dans ma section. Les réseaux sociaux, c'est une chose, la réalité en est une autre. Il y a beaucoup de gens du PG (Parti de gauche) qui sont là, beaucoup de gens de La France insoumise. Chaque fois que j'interviens dans les débats pour dire qu'il faut qu'on ait une seule liste aux européennes, il y a beaucoup d'applaudissements, parce qu'il y a une aspiration à l'unité dans cette fête. Pour moi c'est essentiel. Arrêtons les bisbilles idiotes. Je le dit à Jean Luc (Mélenchon) comme à d'autres. Quand on voit la force de l'attaque libérale avec le macronisme, quand on voit ce qui se passe au niveau de l'Union européenne avec la poussée nationaliste, on ne va pas arriver aux élections européennes avec cinq listes de gauche. Quel va être l'espoir du peuple de gauche ?

Est-ce aussi l'avis de La France insoumise ?

Mais est-ce aussi l'avis des leaders du Parti communiste français ? Faire l'union, c'est un combat. Quand on fait l'union, il faut que chacun fasse un pas en avant, que chacun travaille à un projet commun. On s'est mis d'accord quand on a fait le Front de gauche, on s'est mis d'accord quand on a soutenu tous ensemble la candidature de Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle. Et on s'est mis d'accord en 2005 sur le "non" de gauche au traité sur la constitution européenne et on a gagné. Nous avons fait de l'éducation populaire, nous avons fait en sorte que les hommes et les femmes de ce pays découvrent le contenu de ce traité, se mobilisent. On a gagné parce qu'on était uni. Je pense qu'on est encore capable de faire la même chose, encore faut-il en avoir la volonté politique de part et d'autre. Après la Fête de l'Huma, il faudrait que le PCF dise lundi, "en fin de semaine, on se met autour de la table et on trouve une solution, mais on y va ensemble". Si on ne le fait pas, je pense que la gauche va sortir en ruines des élections européennes et cela va tuer l'espoir populaire. On ne peut pas prendre cette responsabilité.

Ian Brossat va prendre la tête de liste communiste aux élections européennes. Peut-il rénover l'image du PC ?

Il n'est pas la "tête de liste" de la liste communiste aux élections européennes. La seule décision qui a été prise, c'est que Ian Brossat soit le chef de file. Nous ne sommes pas encore à construire une liste uniquement communiste. Ian Brossat est le chef de file, mais j'espère qu'on peut se rassembler avec d'autres et faire une liste beaucoup plus large.

Vous êtes à nouveau en ligne