Interpellée en Algérie, la députée insoumise Mathilde Panot est "en route pour l’aéroport en vue de son retour en France"

Mathilde Panot, députée La France insoumise, lors des questions au gouvernement à l\'Assemblée nationale, le 4 juin 2019.
Mathilde Panot, députée La France insoumise, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 4 juin 2019. (LUCAS BARIOULET / AFP)

Après avoir été interpellée et placée en séjour surveillée à Alger (Algérie), mardi 1er octobre, la députée insoumise Mathilde Panot est en route pour l'aéroport en vue de son retour en France, a appris franceinfo.

Mathilde Panot, députée insoumise du Val-de-Marne et vice-présidente du groupe parlementaire La France insoumise à l’Assemblée nationale, est "en route pour l’aéroport en vue de son retour en France", après l’intervention du chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, indique la France insoumise à franceinfo. L’arrivée de la parlementaire et de sa délégation est prévue mercredi 2 octobre dans la soirée à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle.

La députée avait été interpellée mardi 1er octobre, à Béjaïa, dans le nord de l’Algérie, avec ses accompagnateurs. Elle avait été placée en séjour surveillée dans la capitale à Alger, selon le groupe parlementaire La France insoumise qui avait réagi dans un communiqué, mercredi 2 octobre.

La députée en Algérie "pour rencontrer des acteurs et actrices du mouvement populaire"

Sur sa page Facebook, la parlementaire avait indiqué lundi qu’elle se trouvait depuis dimanche 29 septembre en Algérie, "en tant que militante de la révolution citoyenne", pour "rencontrer des acteurs et actrice du mouvement populaire, pour comprendre, apprendre et exprimer notre solidarité à cette révolution du sourire".

"Depuis deux jours, nous avons rencontré des députés du RCD (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie), les responsables du PST (Parti Socialiste des Travailleurs), le MDS (Mouvement Démocratique et Sociale) et le réseau de luttes contre la répression, pour les libertés démocratiques et la libération des détenus d’opinion", avait-elle précisé.

Interpellés "sans aucun motif"

Sur son compte Twitter, Mathilde Panot avait raconté en détail le déroulé de son interpellation. "On nous garde 1h15 sans jamais nous donner de motifs puis nous sommes libres de partir. Nous mangeons, faisons un tour dans la ville. On nous arrête de nouveau. 3h d’immobilisation à un barrage routier là encore sans motif. On nous prend nos passeports." explique la députée avant de poursuivre "je devais faire une conférence débat avec les citoyens sur les révolutions citoyennes et l'écologie. Il semble que cette conférence est désormais interdite. Par crainte de quoi ? Je ne suis pas venue en Algérie pour créer du trouble."

Le groupe parlementaire de La France insoumise avait protesté contre ces interpellations et avait demandé "la garantie de leur sûreté et le respect de leur liberté de circuler".

Vous êtes à nouveau en ligne