Grand débat : les parlementaires réagissent à la baisse d'impôt retenue par Édouard Philippe

FRANCE 2

Lundi 8 avril, lors de la synthèse du grand débat, Édouard Philippe a annoncé qu'il fallait baisser les impôts rapidement. Comment ont réagi les parlementaires ?

Baisser plus vite les impôts, c'est l'annonce coup de poing d'Édouard Philippe, lundi 8 avril. Au lendemain, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a avancé une première piste. "La cohérence entre politique fiscale et politique économique pourrait nous amener à baisser en priorité l'impôt sur le revenu, c'est-à-dire l'impôt de ceux qui travaillent", a-t-il lancé sur Franceinfo.

Les doutes de l'opposition

À l'issue de la synthèse du grand débat, Bruno Retailleau, président des Républicains au Sénat, a estimé que la priorité est de "revenir sur la CSG vis-à-vis des retraités et réindexer les retraites". De son côté, le Rassemblement national se montre beaucoup plus dur et ne croit pas aux promesses du Premier ministre. "La séance d'hypnose est finie, les Français se réveillent et notre gouvernement qui leur dit qu'il va baisser les impôts, mais eux voient que l'essence augmente, que l'électricité va augmenter", a déclaré le député RN Sébastien Chenu. Enfin, Éric Coquerel, député France insoumise de Seine-Saint-Denis, "observe qu'après des mois et des mois de mobilisation sociale, les Français mettent en question les privilèges, ils ne mettent pas en question l'impôt de manière générale". Dans l'après-midi, mardi 9 avril, Édouard Philippe présentera à l'Assemblée nationale les enjeux du grand débat national.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne