Résultats européennes 2019 : déconvenue pour La France insoumise, qui obtient seulement 6,31% des voix

La tête de liste de La France insoumise, Manon Aubry, et le chef du parti, Jean-Luc Mélenchon, lors d\'une conférence de presse, le 19 mai 2019 à Paris. 
La tête de liste de La France insoumise, Manon Aubry, et le chef du parti, Jean-Luc Mélenchon, lors d'une conférence de presse, le 19 mai 2019 à Paris.  (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)

Le parti de Jean-Luc Mélenchon termine dimanche très loin derrière le trio de tête. Une déception après le bon score réalisé lors de la présidentielle.

Terrible déconvenue pour La France insoumise. La liste menée par Manon Aubry a obtenu 6,31% des voix, dimanche 26 mai lors des élections européennes, selon les résultats consolidés du ministère de l'intérieur. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon est au coude-à-coude avec le PS et très loin derrière le trio de tête, constitué par le Rassemblement national, La République en marche et Europe Ecologie-Les Verts, et Les Républicains en quatrième place. 

>> DIRECT. Résultats, analyses : suivez l'actualité politique au lendemain des élections européennes

La France insoumise, créée en février 2016, va envoyer 6 députés à Strasbourg pour siéger au Parlement européen durant les cinq prochaines années. 

Quel était l'objectif du parti ? 

"Notre objectif clair est de passer devant Les Républicains, nous voulons nous poser comme la voix qui déjouera le duo formé" par LREM et le RN en tête des sondages (au-delà des 20%), avait déclaré la tête de liste Manon Aubry lors d'une conférence de presse, dimanche 19 mai. A cette occasion, elle avait assuré que LFI pouvait atteindre "12, 13 ou même 14%" des voix lors de ces élections, rappelant que l'objectif minimum de LFI était de 11%, le score obtenu lors des élections législatives de 2017. EELV, qui s'impose comme la première formation de gauche lors de ces élections, s'était disputé cette place avec LFI pendant la campagne. 

Quel est le score obtenu ? 

La France insoumise a obtenu 6,31% des voix, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon est juste devant la liste menée le PS et Place publique – qui obtient aussi 6,31% des voix – et devant Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), qui cumule 3,51% des voix. 

Six députés de La France insoumise feront leur entrée au Parlement européen pour la prochaine mandature.

Comment le parti a-t-il réagi ?

Manon Aubry a pris la parole pour déplorer "les résultats décevants" de sa liste. "Alors que l'extrême droite est l'ennemie mortelle de la démocratie, la majorité présidentielle a décidé de lui donner un rôle central dans cette élection", a-t-elle accusé. "Nos résultats sont décevants, mais nous devrions progresser de deux à six ou sept eurodéputés", s'est-elle tout de même réjouie, rappelant que La France insoumise n'existait pas lors des dernières élections européennes en 2014. 

D'une voix grave, Jean-Luc Mélenchon a lui aussi regretté un "résultat très décevant, pas à la hauteur de nos attentes et de nos efforts". "Pour la seconde fois en France, l'extrême droite gagne l'élection européenne, a-t-il déploré. Monsieur Macron semble avoir perdu le match qu'il avait voulu installer de façon aussi irresponsable".

Qui sont les candidats élus ?

La tête de liste Manon Aubry, 29 ans, va faire son entrée au Parlement européen. Ancienne porte-parole d'Oxfam, elle s'était engagée auprès de Jean-Luc Mélenchon pour sa première campagne électorale. Elle siégera aux côtés de Manuel Bompard, ancien directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon et deuxième sur la liste de La France insoumise

Parmi les autres futurs députés européens figurent Leïla Chaibi, cofondatrice du collectif Jeudi noir et l'une des initiatrices du mouvement Nuit debout, Younous Omarjee, actuel député européen, Anne-Sophie Pelletier, ancienne figure de la grève de l'Ehpad des Opalines de Foucherans (Jura), ou encore Emmanuel Maurel, un ancien du PS.

Avec quel groupe vont-ils siéger ?

La France insoumise siégera avec le groupe Gauche unitaire européenne-gauche verte nordique (GUE). Actuellement composé de 52 députés, il constitue la sixième force politique à Strasbourg. 

Pour espérer entrer dans ce groupe, le parti de Jean-Luc Mélenchon avait réuni six listes européennes sous la bannière Maintenant le peuple : l'Alliance rouge et verte (Danemark), Podemos (Espagne), Alliance de gauche (Finlande), Bloc de gauche (Portugal), Parti de gauche (Suède) et les Insoumis. 

Que va-t-il se passer maintenant ?

Le mouvement fondé par Jean-Luc Mélenchon en février 2016 espérait arriver en force au sein du groupe européen Gauche unitaire européenne-gauche verte nordique. "Si nous réalisons un bon score et nos alliés aussi, nous deviendrons incontournables au sein de la GUE, nous pourrons imposer le rythme sans brusquer nos partenaires", confiait un candidat sur la liste LFI à Libérationà une dizaine de jours du scrutin. Un projet mis à mal par ce score décevant obtenu lors de ce suffrage. 

Au niveau national, Jean-Luc Mélenchon souhaitait fédérer autour de son mouvement alors que les forces de gauche se sont éparpillées en cinq listes (LFI, PCF, PS, EELV et Génération.s) : "Notre force doit recevoir l'aval populaire, comme je l'ai reçu pendant la présidentielle, là sera le centre de gravité pour la suite contre le macronisme", expliquait-il à Libération.

Vous êtes à nouveau en ligne