Cravate, robe, baskets... Les députés peuvent-ils s'habiller comme ils le veulent à l'Assemblée ?

Capture d\'écran de Moetai Brotherson, nouveau député de Polynésie, qui est arrivé en short et en sandales à l\'Assemblée nationale, le 20 juin 2017.
Capture d'écran de Moetai Brotherson, nouveau député de Polynésie, qui est arrivé en short et en sandales à l'Assemblée nationale, le 20 juin 2017. (FRANCEINFO / LA 1ERE)

Les 577 députés, dont 442 nouvellement élus, ont dû se confronter aux us et coutumes de l'Assemblée en matière d'habillement. Aucun code vestimentaire précis n'est pourtant imposé aux parlementaires.

Ils ne veulent pas du dress-code de l'Assemblée. Les députés masculins de La France insoumise ont annoncé, mardi 27 juin, ne pas vouloir siéger en traditionnel costume-cravate, habituellement de rigueur à l'Assemblée. "Il y avait des sans-culottes. Il y aura maintenant des sans-cravate", a affirmé le président du groupe La France insoumise (FI) à l'Assemblée, Jean-Luc Mélenchon.

LCP / FRANCEINFO

"J'ai fait campagne sans cravate et je n'avais pas de cravate sur mes affiches, a poursuivi le député FI Alexis Corbière au micro de BFMTV. Il m'arrive d'en porter, mais je n'ai pas envie qu'on m'impose un code vestimentaire."

Aucune règle précise sur le code vestimentaire

Le port de la cravate est imposé par un usage, et non une règle écrite dans le règlement de l'Assemblée, rappelle franceinfo. Seule une mention de "tenue correcte" est appliquée au public pour l'accès aux tribunes de l'Assemblée.

Mais les huissiers du Palais-Bourbon veillent à l'application de cette coutume et proposent des cravates de secours aux députés démunis du précieux bout de tissu. Lors d'une réunion du bureau de l'Assemblée nationale en 2008, la règle a été réaffirmée, rappelle L'Express.

Confirmant, sur le rapport de M. le Président, le port obligatoire de la cravate dans l’Hémicycle, le Bureau a souhaité rappeler à tous les membres de l’Assemblée la nécessité jusque-là observée d’avoir en toutes circonstances une tenue respectueuse des lieux.Compte rendu d'une réunion du bureau de l'Assemblée nationaleen 2008

Cette règle non écrite peut être appliquée de façon assez stricte. Un huissier peut tout à fait interdire l'accès de l'Hémicycle à un élu sans cravate. Chez les femmes, la règle est un peu plus floue. La ligne rouge serait d'avoir les bras nus, un décolleté trop prononcé ou une jupe au-dessus des genoux. Mais rien ne l'interdit formellement. Quant au pantalon, il est autorisé pour les femmes depuis 1977.

Le 20 juin dernier, le député polynésien Moetai Brotherson avait remplacé le costume-cravate pour une chemise à fleurs et des sandales, rappelle la 1ère. Il s'agissait de la rentrée des parlementaires. 

Vous êtes à nouveau en ligne