Candidature de Sarkozy en 2017 : Carla Bruni en poisson-pilote ?

Nicolas Sarkozy et Carla Bruni, à Paris, le 23 mars 2014.
Nicolas Sarkozy et Carla Bruni, à Paris, le 23 mars 2014. (BENOIT TESSIER / REUTERS)

Invitée d'une émission américaine, l'ex-Première dame ne s'est pas opposée à une nouvelle candidature de son mari à l'Elysée. Une confidence qui s'inscrit dans une stratégie feutrée de communication.

"Il est tellement cool !" Face à l'animatrice américaine Ellen DeGeneres, Carla Bruni a dit tout le bien qu'elle pensait de son époux Nicolas Sarkozy, lundi 28 avril. Si en tant que "femme", elle ne souhaite pas franchement redevenir Première dame, en tant que "citoyenne", elle ne s'opposerait pas à un retour de son mari à l'Elysée. Depuis plusieurs mois, l'ex-First Lady sert de relais aux probables ambitions présidentielles de son mari en 2017. La preuve par l'exemple. 

Via sa tournée de concerts

La tournée de Carla Bruni pour son album Little French Songs constitue une véritable tribune pour celui qui n'est pas encore officiellement candidat. Nicolas Sarkozy est apparu plusieurs fois dans le public, ne boudant pas les ovations ou les bains de foule, comme au Casino de Paris en novembre dernier ou au Touquet en janvier. 

En pleine affaire des écoutes, et alors qu'il est visé par une enquête pour "trafic d'influence", l'ex-président fait une apparition à Genève (Suisse), tout sourire. Quelques jours plus tard, après sa riposte sous forme de tribune publiée dans Le Figaro, c'est à Strasbourg qu'il assiste à un nouveau concert.

Son épouse elle-même ne se prive pas d'évoquer leur vie publique sur scène. Lors de son unique concert à l'Olympia, le 11 mars, Carla Bruni fait une allusion aux enregistrements réalisés par Patrick Buisson, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. "Cela fait deux-trois jours que je n'ose plus trop chanter. Quelqu'un m'a dit… qu'on nous écoute", lance-t-elle au public avec humour.

Via ses piques contre François Hollande

Dans un entretien au New York Post (en anglais), le 9 avril, l'ancienne Première dame n'hésite pas à donner son avis sur la relation entre le président François Hollande et l'actrice Julie Gayet"Ils disent : 'C'est ma vie privée'. Mais c'est aussi en rapport avec l’argent public, non ?" 

"En France, il a toujours une ambivalence [entre vie publique et vie privée]. Il faut savoir qu'il y a une loi qui est supposée protéger la vie privée. Mais nulle part ailleurs il n'existe une loi pareille", commente encore Carla Bruni dans le journal américain. Quant à la révélation par le magazine Closer de cette liaison entre François Hollande et Julie Gayet, l'épouse de Nicolas Sarkozy poursuit : "Si les magazines français ne publient pas ce genre d'information, les magazines belges le feront, et la nouvelle fera quand même le tour du monde !"

Via ses interviews télévisées 

Très réservée jusqu'à présent au sujet d'une nouvelle candidature de son mari à l'élection présidentielle, Carla Bruni s'est montrée plus nuancée lundi 28 avril, lors du talk-show de la présentatrice américaine Ellen DeGeneres. "J'entends des rumeurs selon lesquelles il voudrait revenir aux prochaines élections. Souhaitez-vous que votre mari soit candidat ?" demande cette dernière. 
 
Un peu embarrassée - Nicolas Sarkozy est assis dans le public -, la chanteuse répond : "En tant que femme, je ne souhaite pas qu'il soit président, mais en tant que citoyenne française… oui", finit-elle par concéder, avant de se justifier : "Il me soutient et ne fait jamais de commentaire sur ma vie d'artiste, alors je ne me vois pas lui dire 'n'y va pas' s'il le souhaite... Il est tellement cool."

Vous êtes à nouveau en ligne