L'UMP doit trancher plusieurs cas litigieux en vue des élections législatives des 10 et 17 juin

Jean-François Copé au \"4 vérités\" France 2, le 10 mai 2012
Jean-François Copé au "4 vérités" France 2, le 10 mai 2012 (FTV)

A un mois des législatives, l'UMP a du pain sur la planche. Certaines circonscriptions sont très convoitées, d'autres sont en attente de candidats. Lors d'un point presse, jeudi 10 mai, Jean-François Copé a confirmé que tout n'était pas tranché.

A un mois des législatives, l'UMP a du pain sur la planche. Certaines circonscriptions sont très convoitées, d'autres sont en attente de candidats. Lors d'un point presse, jeudi 10 mai, Jean-François Copé a confirmé que tout n'était pas tranché.

"Unité, unité, unité". Le message était parfaitement clair, dimanche soir, dans les rangs de l'UMP. Unité et mobilisation en vue du scrutin des 10 et 17 juin.

Sous la Vème République, et plus encore depuis l'inversion du calendrier électoral, la majorité victorieuse à la présidentielle, l'est aussi aux législatives. Pourtant, Jean-François Copé, a bien l'intention de bouleverser la tradition. "L'UMP peut gagner les législatives", affirme même le secrétaire général du parti dans un entretien au Figaro mercredi.

Pas question en effet pour le patron de l'UMP de laisser tous les pouvoirs aux mains du PS. D'où la nécessité de finaliser, au plus vite, la liste des investitures.

Les cas litigieux

Plusieurs candidatures posent encore problèmes.

Si l'investiture de François Fillon a bien été tranchée, l'ancien Premier ministre sera candidat dans la 2e circonscription de la capitale, pourtant convoitée par l'ancienne ministre de la Justice Rachida Dati, d'autres cas restent à résoudre en Île-de-France, à commencer par Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly-sur-Seine.

En Lozère, l'UMP n'a pas choisi entre les deux sortants Francis Saint-Léger et Pierre Morel-A-L'Huissier qui passeront par une primaire au premier tour.

Enfin, l'UMP a décidé de ne pas présenter de candidats face aux députés du Nouveau Centre sortants et soutiendra la candidature d'une vingtaine d'autres. En revanche, le cas de Laurent Hénart, du Parti radical de Jean-Louis Borloo, n'est pas réglé.

Henri Guaino, candidat

Proche conseiller du président sortant, Henri Guaino a fait savoir cette semaine au patron de l'UMP, qu'il voulait être candidat aux législatives.

Si la 3e circonscription des Yvelines a été évoquée par certains membres de l'UMP, d'autres ont aussitôt démenti estimant que même s'il obtenait l'investiture, il serait battu, si prenant trop tard. Surtout, Olivier Delaporte, maire de la Celle-Saint-Cloud est déjà en campagne dans cette circonscritption.

Interrogé jeudi matin sur France 2, Jean-François Copé s'est dit "favorable" à la candidature de M. Guaino, sans apporter plus de précisions.

France 2 les "4 vérités", le 10 mai 2012

Vous êtes à nouveau en ligne