L'eurodéputé Daniel Cohn-Bendit a jugé mercredi "improbable" qu'Europe-Ecologie décroche une présidence de région

Daniel Cohn-Bendit au 19/20 sur France 3 (4 juin 2009)
Daniel Cohn-Bendit au 19/20 sur France 3 (4 juin 2009)

Sur RTL, on lui a demandé si cette alliance est en "petite forme" avanat les régionales. Il a répondu "oui et non"."Europe Ecologie n'est pas encore entrée en campagne", "il y a eu toute une procédure pour faire les listes", a-t-il dit. Mais "quand on voit dans les sondages" pour Europe-Ecologie, "une stabilisation à 13-14 %, c'est extraordinaire".

Sur RTL, on lui a demandé si cette alliance est en "petite forme" avanat les régionales. Il a répondu "oui et non".

"Europe Ecologie n'est pas encore entrée en campagne", "il y a eu toute une procédure pour faire les listes", a-t-il dit. Mais "quand on voit dans les sondages" pour Europe-Ecologie, "une stabilisation à 13-14 %, c'est extraordinaire".

M. Cohn-Bendit a rappelé avoir "toujours dit que c'était de la bêtise" d'envisager que les listes d'Europe Ecologie puissent supplanter le Parti socialiste aux régionales.

Quant à des présidents de région Verts, "aujourd'hui, ce n'est pas prévisible, maintenant dans une campagne, on l'a vu aux européennes, tout peut arriver", a aussi jugé le co-président du groupe des Verts au Parlement européen.

"Je ne dis pas que c'est impossible, mais c'est improbable", a-t-il dit.

"L'écologie politique a réémergé, maintenant il ne faut pas non plus croire qu'en deux ans, on dépasse comme ça le Parti socialiste, même s'il n'est pas très bien", a aussi expliqué M. Cohn-Bendit.