L'équipe de Hollande qualifie la "banque de la jeunesse" annoncée par Sarkozy de "poisson d'avril"

Nicolas Sarkozy en meeting (le 30mars)
Nicolas Sarkozy en meeting (le 30mars) (Citizenside.com)

L'équipe de campagne de François Hollande a qualifié lundi de "grande escroquerie" et de "poisson d'avril" la proposition de Nicolas Sarkozy de créer une "banque de la jeunesse". Une proposition faite lors d'un discours samedi à Paris.

L'équipe de campagne de François Hollande a qualifié lundi de "grande escroquerie" et de "poisson d'avril" la proposition de Nicolas Sarkozy de créer une "banque de la jeunesse". Une proposition faite lors d'un discours samedi à Paris.

Après l'évocation samedi, par Nicolas Sarkozy lors de son discours, Porte de Versailles, à Paris, d'une "banque de la jeuness", les porte-parole de François Hollande ont dénoncé l'annonce et son contenu.

Lors de ce meeting samedi, le candidat de l'UMP à l'Elysée avait proposé, pour ceux qui veulent "créer, (se) former, entreprendre", une banque de la jeunesse qui se portera caution pour tous ceux qui n'ont pas la chance d'avoir une famille qui peut les aider".

Dimanche, Jean-Baptiste de Froment, responsable dans son équipe des questions de jeunesse et d'éducation, a précisé que ce ne serait "pas à proprement parler une banque, mais plutôt une structure qui fait l'interface entre les jeunes et les banques". Cela se ferait sous forme d'un site internet, qui permettra d'obtenir une caution pour un logement, aidera à obtenir des prêts étudiants ou un financement de projets de création d'entreprise.

"renforcement des inégalités sociales"

Dans un communiqué intitulé "la grande escroquerie", Delphine Batho, porte-parole de François Hollande et Laurianne Deniaud, chargé de la jeunesse, dénoncent un "effet d'annonce".

"La "Banque de la jeunesse" est devenue en moins de 24H un site Internet mettant en relation jeunes et banques, traduisant la faiblesse du projet de Nicolas Sarkozy. Un moteur de recherche sera sans doute plus performant que le nouveau coup de com' du candidat sortant", ajoutent-elles. Elles s'inquitent aussi de ce "projet de société dangereux pour les jeunes, quand il n'envisage l'accès à l'enseignement supérieur qu'à travers l'endettement des étudiants, qui s'est traduit partout par un renforcement des inégalités sociales".

Elles rappellent deux propositions de campagne du candidat UMP en 2007 - "allocation de formation de 300 euros par mois" ou droit d"'emprunter à taux
zéro avec la garantie de l'Etat pour financer un projet personnel". "Rien de tout cela n'a été fait".

Dans un communiqué distinct, Bruno Le Roux, autre porte-parole dénonce un "poisson d'avril de Nicolas Sarkozy". Cela passe "complètement à côté de la
complexité des enjeux".

En 2008, le gouvernement de M. Sarkozy a mis en place un prêt étudiant, d'un montant maximal de 15.000 euros sur 10 ans maximum, assorti d'un taux
d'intérêt du marché. Il est accordé sans condition de ressources ni caution parentale, après examen d'un projet de l'étudiant qui doit avoir moins de 28
ans. A la rentrée 2010, 13.700 jeunes en bénéficiaient.

Vous êtes à nouveau en ligne