L'Assemblée adopte largement, en première lecture, le projet de budget 2014

Le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, le 19 novembre 2013 à l\'Assemblée nationale, à Paris.
Le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, le 19 novembre 2013 à l'Assemblée nationale, à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Tous les socialistes, les radicaux de gauche et la très grande majorité des écologistes l'ont approuvé. Le texte doit désormais passer devant le Sénat.

L'Assemblée nationale a largement adopté l'ensemble du projet de budget 2014 en première lecture, mardi 19 novembre, le jour même de l'annonce par le Premier ministre d'une refonte future de la fiscalité. Le projet de loi de finances a été voté par 320 voix contre 242, après la fin du passage en revue des dépenses. Celles-ci sont globalement en baisse, selon le gouvernement.

Qui a voté pour, qui a voté contre ?

Tous les socialistes, les radicaux de gauche et la très grande majorité des écologistes l'ont approuvé. Aucun socialiste n'a voté contre ou n'a voté blanc sur ce texte, jugé crucial comme marqueur d'appartenance à la majorité. Chez les écologistes, qui avaient menacé en septembre de ne pas voter un budget à l'époque pas assez verdi à leurs yeux, seuls Sergio Coronado et Isabelle Attard se sont abstenus, tandis que Noël Mamère a voté contre. L'UMP, l'UDI et le Front de gauche ont voté contre.

Que prévoit-il ?

Approuvé avec des réserves par la Commission européenne, le projet de loi de finances pour 2014 vise à poursuivre la réduction du déficit et de la dette (9 milliards d'euros d'économies), mais aussi "muscler" un redressement de la croissance. Les hypothèses de croissance économique retenues (+0,9% en 2014 après +0,1% cette année) paraissent "plausibles", selon le commissaire européen aux Affaires économiques.

Parmi les mesures phares figurent le dégel du barème de l'impôt sur le revenu, qui devrait profiter aux ménages modestes, une baisse du coût du travail par le crédit d'impôt compétitivité emploi, le maintien du taux réduit de TVA à 5,5% ou encore l'instauration d'une contribution climat-énergie.

Et maintenant ?

Le texte doit à présent passer au Sénat, où il sera examiné à partir de jeudi. Le projet de loi de Finances pour 2014 devrait être définitivement adopté vers le 20 décembre par le Parlement, selon Reuters.

Vous êtes à nouveau en ligne