VIDEO. Eric Dupond-Moretti ministre de la Justice : "C'est un formidable paradoxe" car il "a tellement taillé de croupières aux juges", estime l'avocat William Bourdon

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

L'avocat William Bourdon est revenu sur la nomination d'Eric Dupond-Moretti au poste de garde des Sceaux.

"C'est un formidable paradoxe : nommer à la tête du ministère de la Justice, quelqu'un qui a tellement taillé de croupières aux juges, un discours tellement dur, tellement violent", réagit mardi 7 juillet sur franceinfo l'avocat William Bourdon à la nomination d'Eric Dupond-Moretti au poste de garde des Sceaux.

>> Remaniement : nouveaux entrants, promotions, parité... Ce qu'il faut retenir de la composition du gouvernement Castex

Ce poste nécessite une personne "qui incarne l'intérêt général, une forme d'autorité naturelle, une hauteur de vue, une vision, un grand sens de la responsabilité", souligne William Bourdon. "Est-ce que le choix d'Eric Dupond-Moretti, que d'aucuns d'ailleurs ont déjà désigné comme un choix de paillettes, peut-être même un peu canaille du côté d'Emmanuel Macron, est de nature à répondre à cette exigence de hauteur de vue, de mesure et d'apaisement ? L'histoire à court terme, va nous le dire. On a quelques raisons d'être sceptique", estime l'avocat.

Des "propos machistes" qui semblent incarner "le monde ancien"

Il rappelle aussi le positionnement d'Eric Dupond-Moretti lors du mouvement MeToo. "Souvenez-vous de ces railleries, les sarcasmes au moment de l'explosion du mouvement MeToo sur la parole des femmes. Ça aussi, c'est quelque chose qui interpelle : nommer comme garde des Sceaux, quelqu'un qui, à ce point-là, a semblé incarner dans ses propos machistes le monde ancien", souligne William Bourdon.

Il reconnaît que la nomination d'un avocat "est évidemment une bonne nouvelle" pour les avocats, et dit garder "le souvenir de Robert Badinter, immense garde des Sceaux qui a laissé une trace magnifique dans l'histoire de ce pays, avec une hauteur de vue".

Interrogé sur le choix de Gérald Darmanin, visé par des accusations de viol, pour le poste de ministre de l'Intérieur, William Bourdon considère que "cela pose évidemment problème". "Est-ce que cette tache, ce morceau de scotch, qui va lui coller nécessairement un moment ou un autre à la jambe, est de nature à optimiser cette parole d'autorité ? Cela pose un problème", indique l'avocat.

Vous êtes à nouveau en ligne