"Là, tu me fais craquer" : Roselyne Bachelot raconte à franceinfo comment elle n'a pas pu résister au poste de ministre de la Culture

Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, le 6 juillet 2020.
Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, le 6 juillet 2020. (ALAIN JOCARD / AFP)

La nouvelle ministre de la Culture confie avoir d'abord refusé d'entrer au gouvernenement avant que Jean Castex ne lui propose la rue de Valois, "une opportunité incroyable à saisir dans les circonstances actuelles".

La nouvelle ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a effectué sa première sortie depuis sa nomination, dans la soirée du lundi 6 juillet à la Maison de la Radio, siège social de Radio France, pour assister à un spectacle organisé par l'entreprise d'audiovisuel public. "J'ai choisi de réaliser ma première sortie à Radio France, d'abord parce que pendant plusieurs années, j'ai tenu une chronique musicale tous les samedis sur France Musique et que c'était un vrai bonheur de parler musique dans une équipe formidable. Et puis, au-delà, notre pays est caractérisé par un audiovisuel public d'une qualité formidable. Entre France Culture et France Musique, je ne sais jamais quoi écouter", a-t-elle confié à franceinfo.

Parfois, quand on m'interrogeait sur un retour en politique, je répondais "Non, jamais, sauf pour être ministre de la Culture" Et c'était comme une sorte d'idéal.Roselyne Bachelotà franceinfo

"On se dit tiens, j'aimerais bien chanter comme la Callas ou jouer du piano comme Arthur Rubinstein. Puis, tout d'un coup, ça vous arrive. Vous voyez le numéro du Premier ministre s'afficher sur votre portable puisque je connais Jean Castex depuis longtemps, et qui me demande si je souhaite rejoindre l'équipe gouvernementale.

Je réponds d'abord non. Et il [Jean Castex] me dit que c'est pour être ministre de la Culture. Et je lui réponds là, tu me fais craquer.Roselyne Bachelotà franceinfo

"Je me dis qu'il y a une opportunité incroyable à saisir dans les circonstances actuelles sur cette politique culturelle", affirme Roselyne Bachelot.

Les gens sont dans cette crise qui nous a secoués et qui nous a fait douter de tout, même des institutions les plus solides de la République. Ils ont besoin de choses fortes et la culture, c'est vraiment quelque chose qui peut nous réunir, qui peut donner du sens dans une société qui cherche sa route, explique Roselyne Bachelot. "Quand le président de la République a dit ce matin qu'on allait trouver notre chemin, il a parlé d'économie, de social, d'environnement, mais il a mis la culture au même niveau que ces trois concepts. Et là, je me suis, je ne peux pas me défiler", a justifié la nouvelle ministre de la Culture.

Vous êtes à nouveau en ligne