"Jean Castex est quelqu'un qui a toujours été attentif au pouls du pays, il sent bon la France", estime Franck Louvrier

Franck Louvrier, l\'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, le 6 janvier 2015 à Paris.
Franck Louvrier, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, le 6 janvier 2015 à Paris. ( MAXPPP)

L'ancien conseiller en communication de Nicolas Sarkozy, proche de Jean Castex, se satisfait de voir un Premier ministre qui est, selon lui, "enraciné dans le pays".

Edouard Philippe a été remplacé vendredi à Matignon par Jean Castex, le "M. Déconfinement" d'Emmanuel Macron. "Jean Castex est quelqu'un qui a toujours été attentif au pouls du pays, c'est quelqu'un qui sent bon la France", a réagi samedi 4 juillet sur franceinfo Franck Louvrier, conseiller régional des Pays de Loire, conseiller municipal de La Baule, ancien conseiller en communication de Nicolas Sarkozy.

>> La relance comme priorité, la ,concertation pour méthode... Ce qu'il faut retenir de la première interview de Jean Castex, nouveau Premier ministre

"C'est toujours agréable de voir un Premier ministre qui est enraciné dans le pays." Jean Castex sort de l'ENA, la grande école de l'administration française, qu'Emmanuel Macron voulait supprimer. On reste donc encore sur un profil de haut fonctionnaire. "L'ENA c'est bien d'y entrer mais il faut savoir en sortir et je pense que Jean a su en sortir en prenant le risque d'être élu. C'est un homme d'engagement. Il va devoir réconcilier ces antagonismes français qui sont l'administration et les élus locaux, c'est le couple maire-préfet dont parlait" Emmanuel Macron.

"La France est à droite"

Après ces élections municipales "la France est à droite", a estimé Franck Louvrier. "C'est la raison pour laquelle" Emmanuel Macron "a choisi un Premier ministre de droite. L'écologie n'est pas de gauche ou de droite, elle est transversale." C'est la deuxième fois que le président choisit quelqu'un qui n'est pas de son camp. "C'est satisfaisant de voir qu'il trouve de la ressource humaine à droite, chez les Républicains, cela veut dire qu'il y a des gens de qualité."

Malgré cette nomination, Emmanuel Macron continue de tout gérer. "Depuis le début du quinquennat il y a une présidentialisation du pouvoir. Tout est centralisé à l'Elysée, dans le bureau du président de la République."

Vous êtes à nouveau en ligne