Coronavirus : Donald Trump annonce l'achat de 150 millions de tests rapides

 Un test rapide de détection du coronavirus effectué sur la nouvelle machine Abbott ID Now dans un centre médical à Brooklyn, à New York, le 27 août 2020.
 Un test rapide de détection du coronavirus effectué sur la nouvelle machine Abbott ID Now dans un centre médical à Brooklyn, à New York, le 27 août 2020. (SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Moins fiable que le test PCR, il est répétable plusieurs fois par semaine et finit donc, selon les experts, par détecter le virus.

Donald Trump a annoncé, jeudi 27 août, l'achat de 150 millions de tests rapides du Covid-19 au groupe pharmaceutique Abbott dans un effort pour soutenir la reprise économique du pays, a indiqué sa porte-parole sur Twitter. "Il s'agit d'un développement majeur qui aidera notre pays à rester ouvert, à ramener les Américains au travail et les enfants à l'école", a-t-elle ajouté. L'agence américaine des médicaments avait accordé à Abbott mercredi soir une autorisation d'utilisation d'urgence pour son nouveau test d'antigènes du coronavirus. Moins fiable que le test PCR, il est répétable plusieurs fois par semaine et finit donc, selon les experts, par détecter le virus. 

Plus de 6 000 cas supplémentaires en 24 heures en France. La France a recensé 6 111 cas supplémentaires de contamination au nouveau coronavirus en l'espace de 24 heures, un niveau dépassé seulement une fois depuis le début de l'épidémie, a annoncé jeudi 27 août Santé Publique France (SPF). Il s'agit du nombre le plus élevé depuis les 7 578 cas signalés le 30 mars, au paroxysme de la crise. Le total des contaminations en France s'établit désormais à 259 698.

Mayotte impose le port du masque dans les lieux fréquentés. A Mayotte, toujours en état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 octobre, le préfet a annoncé jeudi 27 août le port du masque obligatoire dans les lieux les plus fréquentés comme autour des établissements scolaires et de santé. Selon l'Agence régionale de santé, 3 301 cas de coronavirus ont été confirmés depuis le début de l'épidémie à Mayotte, et 40 décès recensés. L'ile dénombre 4 foyers de contamination (clusters) actifs, et 6 personnes hospitalisées, dont une en réanimation. Le taux d'incidence est actuellement de 29,3 pour 100 000 habitants, et le taux de positivité des tests de 5,7%. Suivez notre direct.

 Le port du masque obligatoire à Paris et en petite couronne dès vendredi. "A compter du vendredi 28 août, à 8 heures, le port du masque sera obligatoire pour tous les piétons circulant dans les espaces publics, les utilisateurs de vélos, deux-roues, trottinettes et autres engins de mobilité personnels, motorisés ou non", annoncent les autorités, jeudi 27 août. Cette obligation prévaut pour la capitale et les trois départements de la petite couronne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne. Le masque est également obligatoire, depuis plusieurs semaines, dans tous les lieux publics clos et dans tous les commerces.

De nouveaux départements en zone rouge. Avec Paris et les Bouches-du-Rhône, déjà considérés comme des "zones de circulation active du virus", 21 départements au total sont désormais en zone rouge. Sont concernés les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, le Gard, la Haute-Garonne, la Gironde, l'Hérault, le Loiret, le Rhône, la Sarthe, Paris, la Seine-et-Marne, les Yvelines, le Var, le Vaucluse, l'Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne, le Val-d'Oise, la Martinique et la Guadeloupe. Mayotte et la Guyane sont classées en violet.

Un niveau de contamination en hausse. La France a enregistré 5 429 cas confirmés supplémentaires de contamination par le Covid-19 en vingt-quatre heures, a annoncé le 26 août l'agence Santé publique France (SPF). Ce chiffre, à un niveau jamais atteint depuis mi-avril, marque une hausse de plus de 60% par rapport à mardi.

Des "masques transparents" pour certains professeurs. Ces masques seront distribués à certains professeurs en maternelle ainsi que "pour les professeurs qui ont en charge des enfants malentendants" ou "les classes Ulis", a fait savoir Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale.

Vous êtes à nouveau en ligne