Article 24 : zone de turbulence pour le gouvernement

France 3

En proposant qu’une commission soit désignée pour étudier des pistes de rédaction pour l’article 24 sur la sécurité globale, le ministre de l’Intérieur s’est attiré les foudres des parlementaires. Le Premier ministre Jean Castex tente de calmer les tensions.

Une crise a éclaté au sommet de l’État. Elle prend son origine avec un courrier du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin daté du 26 novembre où, concernant l’article 24 sur la sécurité globale, il propose de "désigner une commission ad hoc visant à étudier des pistes d’évolutions possibles de sa rédaction". Une suggestion qui indigne les parlementaires.

"Une atteinte aux missions du Parlement" selon Richard Ferrand 

Le courrier de Gérald Darmanin représente "une atteinte aux missions du Parlement" aux yeux de Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale. Président du Sénat, Gérard Larcher estime, lui, que "c’est en totale contradiction avec les droits du Parlement". Au vu du tollé suscité, le Premier ministre Jean Castex annonce vendredi 27 novembre que la commission ne vas pas réécrire l’article 24. Le mal est pourtant fait, les divisions existent désormais même au sein de la majorité. "Quand, au fond, vous avez une difficulté comme celle-là, il est parfois préférable d’avoir parfois la sagesse de renoncer que de s’obstiner", juge Hugues Renson, vice-président LREM de l’Assemblée nationale. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne