Un "esprit d'union nationale" pour la mort de Jacques Chirac

FRANCEINFO

Le journaliste Jeff Wittenberg a suivi toutes les cérémonies d'hommages à Jacques Chirac depuis la mort de l'ancien président jeudi 26 septembre à 86 ans. Son analyse lundi soir.

"Ce qui m'a frappé, c'est l'esprit de communion, d'union nationale, comme si la France s'arrêtait, se figeait un instant pour célébrer ses valeurs républicaines. Le fait que Jacques Chirac ait quitté le pouvoir il y a douze ans a contribué à cela, car il ne faut pas oublier que du temps de ses mandats il y a eu des controverses, des affaires, mais on a voulu gommer cet aspect des choses pour ne retenir que l'homme et ses valeurs humaines et ce qui nous rassemble", explique le journaliste de France Télévisions Jeff Wittenberg.

Quid du chiraquisme

Et d'ajouter : "François Baroin ou Christian Jacob se revendique explicitement chiraquien. Sa façon de gouverner ne serait plus possible à l'heure des réseaux sociaux et des chaînes d'informations en continu. Jacques Chirac a rêvé le rassemblement au-delà des clivages et c'est Emmanuel Macron qui l'a fait. Il faut souligner qu'il a eu une intuition sur le climat à Johannesburg il y a plus de dix ans en lançant "'La maison brûle...'"

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne