La moralisation de la vie politique : une longue histoire française

François Bayrou, le garde des Sceaux, vient de présenter son projet de moralisation de la vie politique. Il est loin d’être le premier homme politique à s’être intéressé à la question.

François Bayrou a présenté son projet de loi sur la moralisation de la vie publique le 1er juin. Comme l’a annoncé le garde des Sceaux, ce projet portera le nom de : "Pour la confiance dans notre vie démocratique".

La promesse de la mise en place de cette loi a été un argument important d’Emmanuel Macron durant sa campagne présidentielle. Cette préoccupation est loin d’être nouvelle dans l’histoire politique française. 

Moraliser la vie politique : loin d’être une nouveauté

Lors du quinquennat de François Hollande, c’est l’affaire Cahuzac qui avait relancé le débat et avait amené l’adoption, en 2013, de la loi relative à "la transparence de la vie publique".

Bien avant, en 1988, Michel Rocard parlait déjà du "problème de la moralisation de la vie politique en général et c’est un problème urgent qu’il faut aborder".

"Une étape importante dans la voie de plus de transparence, de plus de moralisation dans notre vie politique", déclarait Jacques Chirac en 1987, au moment de la mise en place de la loi "relative à la transparence financière de la vie politique". Adoptée en 1988, elle fixait les règles de financement des partis politiques.

 

Vous êtes à nouveau en ligne