La femme du jour. Claude Chirac, prévenante, attachante et vulnérable

Claude Chirac, lors de la manifestation contre les violences faites aux femmes, à Paris, le 8 octobre 2018.
Claude Chirac, lors de la manifestation contre les violences faites aux femmes, à Paris, le 8 octobre 2018. (NATHALIE BOURRUS / RADIO FRANCE)

Chaque jour, Nathalie Bourrus raconte une femme. Un portrait, mais surtout une rencontre. Aujourd'hui, Claude Chirac.

Nom : Chirac. Prénom : Claude. Age : 55 ans. Métier : aucun. - Mais alors, vous faites quoi, en ce moment ? -Ben… rien. Enfin, pas de métier au sens où l’entend. Pas en ce moment.

Je n’ai su que répondre à Claude Chirac, lorsque je suis tombée sur elle, à la manif contre les violences faites aux femmes, samedi à Paris. Il fait un temps superbe, je tente de fendre la foule de femmes, nous sommes face au palais de justice, je tourne la tête à droite à gauche, je regarde qui est là, quand je découvre… Claude Chirac.

- Vous ici ? Elle rit, de ce petit rire discret, presque froid.  Je me présente, car on ne s’est pas croisées depuis bien longtemps… et là, elle me tombe presque dans les bras. - Mais ouiiiii… Je vous entends à la radio… depuis si longtemps…Ah… je me dis : on est vieilles. Et Claude Chirac et moi, nous nous mettons à raconter cette galère des cinquante.

La Femme du jour. Claude Chirac, par Nathalie Bourrus
--'--
--'--

- C’est un âge ou on se sent très responsables de beaucoup de choses. On porte beaucoup, me dit-elle. Il y a des silences dans ses phrases, des arrêts. On ne parlera pas de Jacques Chirac. On n’aura pas le temps d’ailleurs, car on lui saisit le bras sans arrêt. Une femme alpague la fille de l’ancien président, elle lui raconte sa vie. C’est assez pénible, voire saoulant. Un autre la fait poser avec un perroquet sur l’épaule. Claude Chirac est d’une patience de sphinx. À côté, une jeune femme peste, parce que la sono a dû être achetée dans une pochette surprise.

- On entend rien !, crient des manifestantes déçues. - C’est nul !, affirme une autre, venue de banlieue. À la mini tribune, les stars parlent.

- Pourquoi vous êtes là ? - Pour plusieurs raisons, mais aussi parce que je suis amie avec elle. Elle, c’est Muriel Robin, qui a mis le feu au dossier Femmes battues, en dénonçant l’inertie des pouvoirs publics. Claude Chirac a signé la pétition, qui va avec.

- Ce n’est pas l’histoire d’un clan contre un autre, ce n’est pas la bataille des femmes contre les hommes. C’est une histoire universelle, une historie de justice. C’est une affaire d’humanité. D’ailleurs, le Nobel de la Paix est, en partie, revenu à un homme. Cette femme, qui fut la toute dévouée porte-parole de son père durant des années, a gardé cette douceur dans la voix et cette rigueur dans les propos. Comme depuis bien longtemps, elle couve ses mots, comme on cajole ses protégés. Un mot pour la définir ? Prévenante. Claude Chirac porte en elle l’histoire d’une famille, le récit intime d’une vie politique à présent révolue. C’est ce qui la attachante, autant que et vulnérable.


Nathalie Bourrus, grand reporter depuis 20 ans à franceinfo, raconte avec sa plume aiguisée et sa voix chaude les tops et les flops, les rires et les larmes d’une femme. Un portrait, mais surtout une rencontre, du lundi au vendredi à 16h56 et 21h51.

Vous êtes à nouveau en ligne