Des auditeurs de franceinfo réagissent à la mort de Jacques Chirac : "Je n'arrêterai jamais de pleurer cet homme"

Jacques Chirac en septembre 2009.
Jacques Chirac en septembre 2009. (THOMAS BREGARDIS / AFP)

Après la mort de Jacques Chirac, jeudi 26 septembre 2019, à l'âge de 86 ans, les auditeurs de franceinfo étaient invités à raconter leurs souvenirs, anecdotes et pensées concernant l'ancien président de la République. "Il a contribué à ce qu'on aime la France et à se sentir Français", a par exemple dit Samir à l'antenne.

"Il y a un peu une part de nostalgie, une part de notre jeunesse, de notre enfance qui part", a réagi avec émotion Olivier, un auditeur de franceinfo, sur l'antenne, jeudi 26 septembre 2019. Il s'exprimait après la mort de Jacques Chirac à l'âge de 86 ans

Olivier, habitant de l'Oise, a témoigné de la "sympathie" qu'il éprouvait pour lui. Un de ses oncles était "un camarade de promotion" de Jacques Chirac. "Ils se sont bien entendus. Mon oncle est décédé prématurément assez jeune au début des années 1970. Il a laissé ma tante seule avec deux enfants. Jacques Chirac a pris tout au long de sa carrière et de sa vie des nouvelles de ma tante." Olivier précise que sa tante n'avait aucun engagement politique et ne travaillait ni pour la mairie de Paris ni pour le RPR.

"Cela disait de belles choses d'un homme, de son amitié, de sa capacité à l'altruisme"

Gravement malade à la fin de sa vie, sa tante a eu un coup de téléphone sur son lit d'hôpital. "Au début des années 2000, je suis allé la voir. Elle était très mal. Le téléphone a sonné dans sa chambre", relate Olivier. "J'ai décroché. J'ai entendu : ici c'est Jacques Chirac, est-ce que je peux parler à madame Untel ? Moi j'ai raccroché pensant que c'était une plaisanterie. Le téléphone a résonné dix secondes après. C'était la même voix disant : c'est Jacques Chirac."

Olivier a donc laissé sa tante discuter avec l'ancien président : "Quand je suis revenu dix minutes après, j'ai retrouvé ma tante, pas rayonnante, mais avec la forme que je lui avais connue plus jeune. Je me souviens de sa phrase : tu vois, ça c'est le petit père Chirac."

Olivier reconnaît avoir une sympathie pour l'homme même s'il n'a pas toujours "partagé ses opinions politiques". Mais il estime que "40 ans après, continuer à se souvenir de la femme de son ancien camarade de promo et de continuer à prendre des nouvelles alors qu'il était encore en exercice, cela disait de belles choses d'un homme, de son amitié, de sa capacité à l'altruisme, à l'écoute. C'était assez touchant."

"C'est comme les grands acteurs, il fait partie de notre patrimoine et il est parti", a conclu Olivier.

"Un homme chaleureux, un homme de culture et un visionnaire politique"

Amina, auditrice appelant de Paris a rencontré l'ancien président de la République en 2004 au Mali, lors du sommet de la francophonie. "Quand on était à l'aéroport pour l'accueillir, il y avait des Maliens qui ne le connaissaient pas mais qui étaient sur le tarmac pour l'attendre, cela a donné de l'effervescence à l'aéroport. Je ne pourrais jamais l'oublier."

"C'était un amoureux de l'Afrique et des Dogons du Mali", souligne Amina. "Monsieur Chirac était un humaniste. Il aimait l'homme. Il partait à la rencontre des hommes. C'est tous les continents qui pleurent cet homme aujourd'hui."

Amina gardera "l'image d'un homme chaleureux, un homme de culture et un visionnaire politique." Elle le regrette beaucoup et elle l'imagine à la tête du Mali. "S'il était aux commandes on n'en serait jamais là. C'est cette idée qui me fait pleurer. C'est quelqu'un qui a cherché à connaître l'Afrique, qui l'a étudiée. Il avait un respect des choses, un respect des pays d'Afrique. Je n'arrêterai jamais de pleurer cet homme."

"Un homme de paix et un homme juste"

Samir, un auditeur de Paris de 36 ans, pense immédiatement à la paix lorsqu'il songe à Jacques Chirac. Il se souvient notamment de l'année 2003 quand l'ancien président s'est opposé à la guerre en Irak. "Ce moment-là, j'étais vraiment fier d'être Français. Pour moi et pour d'autres enfants fils d'immigrés nés en France, nous étions vraiment fiers d'être Français. Il a contribué à ce qu'on aime la France et à se sentir Français. On avait une part de nous en lui. Nous étions des humains, des Français."

Pour Samir, Jacques Chirac était "simplement un homme de paix et un homme juste, ni plus ni moins un humain qui était proche des gens et réellement sincère." Selon lui, "il faisait de la politique avec ses tripes. Il était très proche de tout le monde réellement."

Vous êtes à nouveau en ligne