INFOGRAPHIES. Les élections présidentielle et législatives de 2012 ont coûté 604 millions d'euros

Un électeur vote dans un bureau d\'Evry (Essonne) à l\'occasion des élections européennes, le 25 mai 2014.
Un électeur vote dans un bureau d'Evry (Essonne) à l'occasion des élections européennes, le 25 mai 2014. (THOMAS SAMSON / AFP)

Un rapport de l'Inspection générale de l'administration revient sur le montant déboursé par l'Etat et les communes pour financer ces deux scrutins.

La note est conséquente. Les élections présidentielle et législatives de 2012 ont coûté 604 millions d'euros à l'Etat et aux collectivités locales, selon un rapport de l'Inspection générale de l'administration (IGA), dévoilé jeudi 20 novembre par Le Parisien. Selon le document émanant de la place Beauvau, des dérives budgétaires ont été observées dans plusieurs postes, alors que des dysfonctionnements comme la possibilité de voter deux fois ont été constatés.

Francetv info revient sur le coût de ces élections en trois graphiques.

Les élections sont aux trois quarts financées par l'Etat

Le coût des élections présidentielle et législatives est partagé entre l'Etat, qui prend en charge les campagnes des partis et les frais d'organisation, et les communes, qui s'occupent de l'organisation à l'échelle locale.

En 2012, l'addition s'est montée à 604 millions d'euros, dont 166,7 millions à la charge des communes, explique le Parisien. L'Etat a donc déboursé près des trois quarts de la somme.

Les votes par procuration, une part importante

Les votes par procuration ont connu une "forte croissance" lors des élections de 2012, signale le rapport de l'IGA. Résultat,"la gendarmerie et la police nationale, qui assurent la transmission des formulaires imprimés, lui ont consacré l'équivalent du temps de travail annuel de 766 agents en 2012". L'établissement d'une procuration coûte 10 euros à l'Etat.

Ce dernier a, en outre, dû prendre en charge le transport des procès-verbaux du scrutin par la gendarmerie, le vote des Français à l'étranger, ou encore le financement des commissions électorales et de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements des partis, qui apparaissent dans le graphique sous la catégorie "autres".

Coût des campagnes des partis

Le plus gros poste budgétaire de l'Etat en 2012 a été le financement des campagnes des partis. Soit 291,5 millions d'euros pour l'impression, la mise sous plis et l'envoi par la poste des professions de foi des candidats, ou encore le remboursement des frais de campagne des partis.

Le coût de la propagande audiovisuelle reste faible en métropole, mais serait "disproportionné" dans les DOM-TOM, selon la place Beauvau. Une facture liée aux dépenses consacrées aux billets d'avion pour l'envoi d'équipes métropolitaines notamment, aux dépenses d'hébergement ou encore aux frais de location de voitures, explique Le Parisien.

Vous êtes à nouveau en ligne