Hommage à Michel Rocard : "Une grande et belle figure de la République" (Hollande)

(François Hollande ce jeudi 7 juillet lors de l'hommage national à Michel Rocard © REUTERS)

La cérémonie rendant hommage à l'ancien Premier ministre s'est déroulée ce jeudi aux Invalides à Paris. Elle a été marquée par un discours très politique du président de la République.

L'hommage national à Michel Rocard décédé samedi s’est déroulé en présence de plusieurs membres du gouvernement ce  jeudi à la mi-journée dans la cour d'honneur de l'hôtel des Invalides à Paris. Comme le souhaitait l’ancien Premier ministre, François Hollande a prononcé l’éloge funèbre en saluant "une grande figure de la République", "un chef de gouvernement courageux" et "un citoyen émerveillé" .

Du passé au présent 

Lors de son discours, François Hollande a évoqué, sans le citer, un contexte politique du moment, celui de l'utilisation du 49.3 pour faire passer à l'Assemblée nationale le texte sur la loi Travail, provoquant un tollé à gauche de la gauche. Pour Michel Rocard, le dialogue était "la meilleure manière de réformer, mais pour lever les blocages, il n'a pas hésité à recourir aux procédures prévues par la Constitution"

"A 28 reprises, Michel Rocard a dû engager la responsabilité de son gouvernement pour faire adopter des textes essentiels" : François Hollande
--'--
--'--

"Son nom pour une sensibilité de la gauche"

François Hollande a salué en Michel Rocard "une belle et grande figure de la République, une personnalité lumineuse qui par ses combats a marqué de son empreinte plusieurs générations successives, ici rassemblées" . Le chef de l'Etat a également décrit "un homme politique audacieux qui a suscité des attachements profonds et durables au point de donner jusqu'à aujourd'hui son nom à une sensibilité de la gauche française" . Le président de la République a aussi salué "un chef de gouvernement courageux qui a imposé une méthode et mené des réformes difficiles" .

"Michel Rocard n'a eu qu'une seule vocation, qu'une seule ambition, servir l'intérêt général, comme militant, comme fonctionnaire, comme député, comme sénateur, comme maire de Conflans-Sainte-Honorine, comme ministre, comme Premier ministre, comme député européen et comme ambassadeur de France" , a poursuivi François Hollande. 

Avant le discours du chef de l'Etat, l'ancien secrétaire général de la CFDT, Edmond Maire, avait rendu hommage à "un exemple" qui accordait "une place essentielle à la négociation" . Les cérémonies, commencées ce matin dans un temple protestant à Paris, vont se poursuivre cet après-midi, avec un hommage rendu au siège du Parti socialiste.

Vous êtes à nouveau en ligne