Halal, cantine et vote des étrangers : NKM prend ses distances avec Guéant

Nathalie Kosciusko-Morizet (3 mars 2012)
Nathalie Kosciusko-Morizet (3 mars 2012) (AFP)

Nathalie Kosciusko-Morizet a pris ses distances dimanche 4 mars avec le ministre de l'Intérieur Claude Guéant. Elle n'a pas jugé nécessaire de faire comme lui un lien entre droit de vote des étrangers et halal "obligatoire" à la cantine.

Nathalie Kosciusko-Morizet a pris ses distances dimanche 4 mars avec le ministre de l'Intérieur Claude Guéant. Elle n'a pas jugé nécessaire de faire comme lui un lien entre droit de vote des étrangers et halal "obligatoire" à la cantine.

Invitée de Dimanche plus sur Canal, la porte-parole de Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet, a pris ses distances dimanche avec le ministre de l'Intérieur Claude Guéant.

Elle n'a pas trouvé "nécessaire" de faire comme lui un lien entre le droit de vote des étrangers aux élections locales et la viande halal.

"Le lien n'est pas nécessaire"

"Il y a assez de raison d'être contre le vote des étrangers aux élections (...) il y a assez de raison d'être contre des repas confessionnels à la cantine pour
qu'il ne soit pas nécessaire de faire un lien entre les deux", a estimé Mme Kosciusko-Morizet.

"Surtout, ce que je ne voudrais pas, c'est que la polémique cache la vraie question qui est 'pourquoi les socialistes veulent absolument le droit de vote des étrangers aux élections (locales)?'", a-t-elle ajouté.

"Je trouve que le lien n'est pas nécessaire", a insisté l'ancienne ministre de l'Ecologie du gouvernement de François Fillon.

La nouvelle polémique lancée par Guéant

Lors d'une réunion politique vendredi près de Nancy, Claude Guéant avait jugé qu'accepter le vote des étrangers aux élections locales, une proposition du candidat socialiste à l'Elysée François Hollande, risquait de conduire à "rendre obligatoire la présence de nourriture halal" dans les cantines.

Cette nouvelle sortie du ministre de l'Intérieur - après la petite phrase sur "Toutes les civilisations ne se valent pas", prononcée devant des étudiants de l'Uni- a scandalisé à gauche.

A Bordeaux, samedi, Nicolas Sarkozy a souhaité "l'étiquetage des viandes en fonction de la méthode d'abattage".

Une réponse à Marine Le Pen : la candidate du FN avait lancé une polémique en affirmant que de la viande halal non identifiée comme telle était vendue en Ile-de-France.

Vous êtes à nouveau en ligne