VIDEO. Grand débat : quand Valéry Giscard d'Estaing recevait soixante Français à l'Elysée en 1977

Les présidents Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande sont allés à la rencontre des Français pour débattre. Ce jour de février 1977, c'est Valéry Giscard d'Estaing qui recevait certains d'entre eux sous les ors du palais présidentiel… Extrait du magazine "Ouvrez le 1" diffusé mercredi 13 février 2019 sur Franceinfo (canal 27).

Après s'être invité dans des foyers de l'Hexagone, le président Valéry Giscard d'Estaing (1974-1981) recevait soixante Français à l'Elysée en février 1977. Une rencontre retransmise en direct et en première partie de soirée à la télévision. Et lui aussi faisait face à la déception pendant ce débat d'une durée de deux heures. "Une majorité des Français a voté pour vous et un grand nombre d'entre eux sont déçus. En êtes-vous conscient ?" lui demandait une femme.

"J'exerce les responsabilités, donc, tout ce qui va mal, on me le reproche, répondait le chef de l'Etat pendant cet exercice également tenté par ses successeurs, les présidents Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande. On me reproche la sécheresse, je n'y pouvais pas grand-chose ; les difficultés traversées pendant l'automne, le chômage… Et donc, il est naturel que l'opinion ait toujours, par rapport à ceux qui exercent les responsabilités, un certain état de critique ou de déception."

"Dans la rencontre, on a toujours quelque chose qu'on apprend"

"Dans la rencontre, on a toujours quelque chose qu'on apprend, expliquait Valéry Giscard d'Estaing à son auditoire. Je me le dis souvent, à propos de mots que nous employons quand nous suivons les statistiques. On dit qu'il y a un peu plus, ou moins, d'un million de chômeurs… Nous regardons des courbes et ceux dont il est question ne regardent pas les courbes. Ils ont une situation personnelle qu'ils ressentent certainement avec une intensité beaucoup plus forte."

"Je parlais des immigrés et quand je suis rentré à la maison, rappelle le locataire de l'Elysée, Anne-Aymone [son épouse] m'a dit : 'J'ai regardé l'émission et le moment où vous aviez l'air d'être le plus sensibilisé est celui où vous parliez des immigrés. C'est vrai, parce que pour la société française, maltraiter des gens qui viennent travailler et qui ont des conditions de formation, d'expression, de protection sociale évidemment plus difficiles que les autres, c'est une attitude qui n'est pas digne de la France."

Extrait du magazine "Ouvrez le 1" diffusé mercredi 13 février 2019 sur Franceinfo (canal 27).

> "Ouvrez le 1", un magazine télévisé, tous les mercredis à 22h30 sur Franceinfo (canal 27). 

> "Le 1", un journal pour comprendre le monde, tous les mercredis en kiosque.

Vous êtes à nouveau en ligne