VIDEO. Privatisation d'Aéroports de Paris : "L'utilisation du RIP pour ce sujet-là me semble baroque", réagit Stanislas Guerini

franceinfo

Stanislas Guerini, délégué général d’En Marche, est revenu vendredi matin sur franceinfo sur la validation la veille par le Conseil constitutionnel de l'organisation d'un référendum d'initiative partagée (RIP) sur la privatisation d'Aéroports de Paris.

Le Conseil constitutionnel a validé, jeudi 10 mai, l'organisation d'un référendum d'initiative partagée (RIP) sur la privatisation d'Aéroports de Paris. "Je respecte évidemment la décision du Conseil constitutionnel", assure sur franceinfo Stanislas Guerini, délégué général d’En Marche. "Nous sommes favorables au référendum d'initiative partagée, poursuit le député LREM de Paris. Je n'ai donc pas de problème à ce que le référendum d'initiative partagée puisse advenir y compris sur Aéroports de Paris. Ce que je note c'est que l'utilisation de ce référendum pour ce sujet-là me semble baroque."

Nous avons discuté la privatisation d'Aéroports de Paris à l'Assemblée nationale pendant 48 heures. Tous les arguments ont pu être mis sur la table.

Stanislas Guérini

à franceinfo

"En réalité, Aéroports de Paris, pour les trois quarts de ses bénéfices, ce sont des boutiques commerciales, explique Stanislas Guerini. "Ce que nous faisons c'est de dire que l'Etat a mieux à faire que de gérer les boutiques commerciales et on préfère utiliser cet argent pour investir dans un fonds dont les produits financeront l'innovation de rupture. Ça c'est le rôle de l'Etat", estime-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne