VIDEO. Fermer Fessenheim et ouvrir Flamanville : François de Rugy "envisage de ne pas faire les deux en même temps"

RADIO FRANCE / FRANCE INFO

Le ministre de la Transition écologique fait le constat jeudi qu'aucune date ne peut être donnée sur la mise en route de l'EPR, tout en assurant que la centrale de Fessenheim sera fermée d'ici 2022.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"À une époque, on a dit 'on fermera Fessenheim quand on ouvrira l'EPR de Flamanville'. Aujourd'hui, on est obligés d'envisager de ne pas faire les deux opérations en même temps", a déclaré François de Rugy, jeudi 4 octobre sur franceinfo. Sur le dossier du nucléaire, le ministre de la Transition écologique et solidaire justifie la dissociation entre la fermeture de la centrale du Haut-Rhin et la mise en route du nouveau réacteur en cours de construction dans la Manche par le fait qu'"EDF et l'Autorité de sûreté nucléaire ne sont pas capables de nous donner une date sur l'ouverture de Flamanville".

Un seul calendrier connu

François de Rugy a confirmé que la centrale de Fessenheim "fermera pendant ce mandat, d'ici 2022". La date exacte n'est pour l'instant pas décidée. "Il y a plusieurs questions : un processus d'accompagnement social puisque des personnes y travaillent et il faut les reconvertir, un processus d'économie du territoire qui ne vivait que là-dessus et enfin une question d'approvisionnement de l'électricité", a précisé le successeur de Nicolas Hulot au gouvernement. 

Fin juillet, EDF avait annoncé un retard supplémentaire d'un an sur la mise en service de l'EPR à Flamanville, qui devrait donc entrer en action à la fin de l'année 2019. Au total, le projet a accumulé huit ans de retard et son coût initial a triplé, pour atteindre 10,9 milliards d'euros.

Vous êtes à nouveau en ligne