Rythmes scolaires : le gouvernement dévoile son "plan mercredi" avec des aides aux communes doublées pour les activités des enfants

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, ici le 26 avril dernier, a présenté le 20 juin 2018 son \"Plan mercredi\", pour les enfants.
Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, ici le 26 avril dernier, a présenté le 20 juin 2018 son "Plan mercredi", pour les enfants. (MAXPPP)

Des activités supplémentaires, une ambition éducative et des communes deux fois plus aidées : c'est le sens du "Plan mercredi" présenté le 20 juin par le ministre de l’Éducation nationale.

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, accompagné de la ministre des Sports, Laura Flessel, et de la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a présenté mercredi 20 juin à Courcouronnes (Essonne) le "plan mercredi". Il s'agit de favoriser les activités des enfants scolarisés de la maternelle au CM2, avec des subventions à la clé pour les communes. 

Une aide aux communes "doublée"

Qu’ils aient école le matin ou pas, aujourd’hui, 800 000 enfants bénéficient le mercredi d’activités proposées par les centres de loisirs. C’est moins d’un enfant sur dix, regrette le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. "Trop souvent, les enfants sont chez eux avec des jeux électroniques, ou confinés, déclare le ministre. Nous avons envie de leur ouvrir des possibilités, aussi bien sur le plan des lieux où ils vont, que sur le plan des activités qu'ils font. Cette dimension d'ouverture est au cœur du plan mercredi." 

Cette volonté du gouvernement d'étoffer les activités périéducatives passe par plus d'argent, de subventions, pour inciter les communes et les centres de loisirs associatifs à proposer davantage d’activités de qualité, qu'elles soient culturelles, sportives ou liées à la nature. "Nous allons doubler la participation de l'État", annonce le ministre. La mesure va passer par les Caisses d'allocations familiales (CAF).

Aujourd'hui, les communes sont financées par les CAF à hauteur de 55 centimes de l'heure, par enfant, dans des activités périscolaires. Demain, nous montons à un euro.Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationaleà franceinfo

"Les communes, qui élaborent un plan mercredi, vont ainsi être aidées deux fois plus", résume le ministre.

Du côté de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), le "dispositif semble séduisant", explique Raymond Artis, mercredi sur franceinfo. Toutefois le président de la FCPE estime que "le gouvernement esquive ses responsabilités en donnant l'impression d'innover". Pour lui, "il y aura toujours des espaces où les territoires seront en capacité de proposer de bonnes choses et ailleurs ça ne va pas être le cas".

Toutes les communes seront éligibles aux subventions de ce plan, qu’elles soient repassées ou non à la semaine de quatre jours d’école. Celles qui proposent déjà des activités sportives ou culturelles pourront évidemment, elles aussi, bénéficier de ces subventions supplémentaires.

Vous êtes à nouveau en ligne