Ruralité : l'exécutif au chevet des campagnes

FRANCE 3

Après le mouvement des "gilets jaunes", lors du grand débat national, les élus ont témoigné de leurs difficultés : des commerces, des écoles et des services publics qui ferment, des médecins qui ne trouvent pas de remplaçants... Un plan d'action a été dévoilé vendredi 20 septembre par le Premier ministre. 

Opération séduction chez les maires ruraux. Vendredi 20 septembre au matin, dans le Nord, le Premier ministre, Édouard Philippe, s'est rendu à leur congrès annuel. L'objectif était de saluer leur importance, mais surtout de faire des annonces : lutter contre les déserts médicaux, faciliter les mobilités avec notamment le permis de conduire à 1 € ou encore redynamiser les centres-bourgs. Au Teilleul, dans la Manche, à entendre les anciens, il y a urgence. Car rien n'est plus comme avant, à commencer par le marché, auquel les jeunes ne se rendent plus.

Exonération fiscale des commerces, nouvelles licences IV...

Ici, la mémoire du village, c'est Paul Foucault. À 87 ans, il a petit à petit vu les maisons se vider et les commerces fermer les uns après les autres. Lui-même tenait un magasin de vêtements avec son épouse. Sa boutique, comme beaucoup ici, est désormais à vendre, mais Paul Foucault ne veut pas rester inactif. Il se bat pour que le village reprenne vie, comme la maire du Teilleul, Isabelle Kunkel. Les annonces du Premier ministre, comme l'exonération fiscale pour les commerces et la remise en circulation de licences IV, l'édile ne les a pas attendues pour se lancer dans la revitalisation de sa commune. Pour elle, les annonces du gouvernement vont dans le bon sens. En attendant leur application, elle voit ses efforts porter ses premiers fruits. Bientôt le village comptera une nouvelle boucherie et un nouveau médecin dans son pôle médical.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne