Notre-Dame-des-Landes : évacuation en cours

France 3

Les forces de l'ordre ont commencé les opérations d'évacuation à 6 heures du matin ce lundi 8 avril : 2 500 gendarmes étaient déjà déployés depuis 3 heures, quadrillant tous les accès à la ZAD. Un policier a été blessé à l'oeil et une personne a été interpellée.

Le face à face est violent ce lundi 8 avril : aux jets de pierre des zadistes, les forces de l'ordre répondent avec des grenades lacrymogènes, et assourdissantes. Une opération d'évacuation massive : 2 500 militaires sont mobilisés. Devant eux, 70 personnes qui tentent de résister. Tous les accès à la zone sont bloqués par les gendarmes depuis 3 heures ce matin. Un déploiement en pleine nuit pour créer la surprise. Face à eux, des barricades en feu, et des occupants de la ZAD déterminés à freiner l'avancée des blindés. Un manifestant prêt à en découdre est interpellé.

Rassemblements à 18 heures

Dans les affrontements, un gendarme a été blessé à l'oeil par un projectile. "C'est inacceptable que les forces de l'ordre et l'État poussent ainsi des personnes hors de chez eux, alors que tout ce qu'on demande, c'est un cadre collectif qui nous permette de pérenniser les activités ici", explique une manifestante. Une fois la zone sécurisée, accompagnées d'huissiers, les forces de l'ordre ont procédé comme prévu aux expulsions, dans le calme, sans aucune opposition des occupants. Mais trois mois après l'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, l'opération d'évacuation est condamnée par les zadistes, qui promettent de revenir sur les lieux. Alors que sur le site, les opérations de destruction ont commencé, les zadistes appellent à des rassemblements à 18 heures devant toutes les préfectures de France.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne