Nicolas Hulot sort du silence

France 3

Après une période de vacances, l'ancien ministre de la Transition écologique a défendu la taxe carbone qu'il avait initiée, mais il estime qu'il faut un accompagnement social.

Il a rompu le silence. Trois mois après sa démission du gouvernement, Nicolas Hulot est revenu sur la scène médiatique. Invité de "L'émission politique" sur France 2, l'ancien ministre de la Transition écologique a assuré n'avoir "aucun regret" au moment d'évoquer sa démission. Mais "une tristesse, parce que j'avais beaucoup d'espoir dans la cette diversité gouvernementale", a-t-il toutefois avoué. Il a aussi assuré que la crise des gilets jaunes était évitable.

Il veut six fermetures de réacteurs nucléaires



Il a jeté une pierre dans le jardin du gouvernement : il réclame plus de justice sociale. "Il ne faut pas reculer sur la taxe carbone. La seule différence, c'est qu'il faut avoir un accompagnement social digne de ce nom. Ma volonté à moi, c'était de réconcilier l'écologie et le social. On n'y est pas parvenu". Nicolas Hulot a fixé ses propres objectifs sur le nombre de réacteurs nucléaires à fermer : "au moins six en 2028", selon lui.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne