Le lobby du vin souffle-t-il aux oreilles de Macron et de son ministre de l'Agriculture ?

Ces dernières semaines, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a multiplié les sorties pour défendre la filière du vin français.

"Je ne crois pas que le vin soit un alcool comme les autres", a expliqué Didier Guillaume à la télévision le 16 janvier, avant d’ajouter : "Je n’ai jamais vu un jeune qui sort de boîte de nuit et qui est saoul parce qu’il a bu du côtes-du-rhône". Une semaine plus tard à la radio, il insiste : "Moi, je ne bois pas des molécules, je bois des verres".

Un discours qui souligne une tendance réelle en France : la baisse de la consommation de vin au profit d'alcool fort, chez les jeunes notamment. Mais l'argumentaire ressemble fortement au discours du lobby du vin en France, qui représente 500 000 emplois. 

Macron défenseur du vin 

Par ailleurs, Emmanuel Macron a fait rentrer à l'Élysée Audrey Bourolleau. Avant de travailler avec lui, elle défendait les intérêts de la filière viticole. 

Si le lobby du vin et Emmanuel Macron semblent être en accord avec le ministre de l'Agriculture, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a tenu à rappeler les dangers liés aux excès d'alcool. 

Retrouvez les vidéos de Ben Barnier sur sa chaîne YouTube.

Vous êtes à nouveau en ligne